En salles : "Ashkal", un premier film noir tunisien maîtrisé !

A partir du 25 janvier sur les écrans

Avec Ashkal, le réalisateur tunisien, Youssef Chebbi, signe un premier long métrage de fiction aussi habité que troublant. Un film soutenu par Ciclic et la Région Centre-Val de Loire à voir dans les salles de cinéma à partir du 25 janvier ! 

Le réalisateur s'inspire pour ce premier long métrage, et après plusieurs documentaires, des immolations survenues lors des révolutions du Printemps arabe. Véritable film noir, le film lorgne vers le genre, y compris le fantastique. Politique et transgressif, le film repose sur les épaules d'une jeune enquêtrice qui part en traque dans le décor si singulier du quartier des "Jardins de Carthage" où les immeubles habités côtoient des barres en chantier sans fin. Ce film qui a obtenu le Grand prix du Festival Cinemed 2022 a été soutenu à l'écriture par Ciclic Centre-Val de Loire. Pour sa sortie en salles, le film coproduit par Supernova Films et Mille et une production, distribué par Jour2fête est accompagné par le Groupement national des cinémas de recherche (GNCR). 

ASHKAL, un film de Youssef Chebbi
Avec Fatma Oussaifi, Mohamed Houcine Grayaa, Rami Harrabi, Hichem Riahi, Nabil Trabelsi, Bahri Rahali

Dans un des bâtiments des Jardins de Carthage, quartier de Tunis créé par l'ancien régime mais dont la construction a été brutalement stoppée au début de la révolution, deux flics, Fatma et Batal, découvrent un corps calciné. Alors que les chantiers reprennent peu à peu, ils commencent à se pencher sur ce cas mystérieux. Quand un incident similaire se produit, l'enquête prend un tour déconcertant.

Une presse déjà séduite après la sélection du film à la Quinzaine des réalisateurs lors du Festival de Cannes 2022 : « Un polar qui a le feu sacré. » Libération« D'une fascinante beauté. » Télérama ; « Un film noir à la tension fantastique. » Nova« Un polar fantastique, aussi fascinant que vertigineux » So Film