Johnny Guitare

de Nicholas Ray

1954 – Etats-Unis – Fiction – 1h50

Film au choix - 1er trimestre

 

Johnny Guitare est édité en DVD par les Editions Montparnasse.

 

PRÉPARER LA SÉANCE

 


LES OUTILS LYCÉENS ET APPRENTIS AU CINÉMA


 

AUTRES RESSOURCES

 

Autour du film :

À lire :
  • LeMagduciné, Johnny Guitare, le western revisité par Nicholas Ray, 2018.
  • Critikat, I'm a stranger here myself, 2020.
  • Johnny Guitare - Nicholas Ray, Michel Serceau, Céfal, 2004.
À écouter :
  • Flashback : Histoire de cinéma #18 : Johnny Guitare, un western féministe ! par Antoine Sire, 2018.
  • France Culture : Le western, 2018.

Sur le réalisateur :

À lire :
  • Cinémathèque : Cycle Nicholas Ray, par Mathieu Macheret.
  • CNC : Cinq films de Nicholas Ray à revoir.
À écouter :
  • France Culture, Le Réveil culturel : Nicholas Ray, le cinéaste des  passions désenchantées, 2019.


Autour du western :

À lire :
  • #37 Western, numéro Upopi.
  • Encyclopédie du western, Patrick Brion, Télémaque, 2016.
  • Le western, archéologie d'un genre, Jean-Louis Leutrat, Presses Universitaire de Lyon, 1987.
  • Le western, quand la légende devient réalité, Jean-Louis Leutrat, Gallimard, 1995.
  • Histoire du western, 80 ans de cinéma, Leonard Matthews, Pierre Bordas et fils, 1985.
Bande-dessinées :
  • Victor et Clint, Marion Duclos, La Boîte à bulles, 2015.
  • L'Odeur des garçons affamés, Loo Hui Phang et Frederick Peteers, Casterman, 2016.
  • Truckee Lake, Christopher Hittinger, The Hoochie Coochie, 2016.
  • Calfboy, Rémi Farnos, La Pastèque, 2018.

Analyse du film réalisée par David Ridet, enseignant missionné auprès de Ciclic par le Rectorat de l'académie Orléans-Tours. 

Embauché en tant que musicien au sein du saloon de Vienna, Johnny Guitare arrive en pleine guerre des clans. En effet, Vienna doit faire face à la jalousie de sa rivale, Emma, qui profite de la mort de son frère pour l’accuser et monter les habitants contre elle. 

Le scénario original donnait à la base plus d’importance aux hommes mais la tension entre les deux actrices a finalement servi au remaniement de l’histoire, participant ainsi au succès de ce film novateur. Un western pionnier, tant dans sa façon de dénoncer le lynchage et la persécution en plein maccarthysme, que dans sa mise en avant des femmes au cœur du récit, dans un genre traditionnellement très masculin. Et puis, très certainement, l’une des plus belles utilisations du Technicolor.