Ciclic - Actualités du pôle Livre et lecture Thu, 05 Dec 2019 19:59:19 +0000 https://ciclic.fr/ Ciclic à l'assemblée générale de l'Association des Bibliothèques de France https://ciclic.fr//actualites/ciclic-l-assemblee-generale-de-l-association-des-bibliotheques-de-france <p class="chapo">L'Association des Bibliothèques de France Centre vous convie à son assemblée générale le 9 décembre 2019 à la Bibliothèque centrale de Tours. L'après-midi sera consacrée aux initiatives en Centre-Val de Loire avec notamment l'intervention d'Isabelle Maton, responsable du pôle Livre de Ciclic et de Michèle Fontaine, responsable des mille lectures d'hiver.</p><p>L’assemblée générale et la visite sont gratuites et ouvertes à tous, adhérents ou non, sur inscription avant le 2 décembre. Seuls les adhérents peuvent voter à l'AG. <br />Au programme de cette journée :</p><ul><li>9h30-10h&nbsp;: accueil des participants, petit déjeuner.</li></ul><ul><li>10h-12h30 : assemblée générale statutaire<br />- Rapport moral et financier 2019, vote<br />- Présentation de la promo 2019-2020 d’auxiliaires de bibliothèque</li></ul><ul><li>12h30-14h&nbsp;: déjeuner au choix</li><li>14h-16h&nbsp;: retour sur… des initiatives en région Centre</li></ul><p><strong>Isabelle Maton</strong>,&nbsp;responsable Livre à Ciclic : <a href="http://livre.ciclic.fr/initiatives-des-bibliotheques">présentation du guide des initiatives des bibliothèques en Centre - Val de Loire&nbsp;</a></p><p>Focus sur deux projets :<br /><strong>Manon Ribis</strong>,&nbsp;responsable de la médiathèque Stéphane Hessel à Montlouis-sur-Loire : <a href="http://livre.ciclic.fr/outils-ressources/initiatives-en-bibliotheque/accessibilite/bib-de-rue-mediatheque-sephane-hessel-montlouisloire-37">“Bib’de rue”<br /></a><strong>Aurélie Vanden Wildenberg</strong>,&nbsp;responsable de la bibliothèque intercommunale Touraine Val de Vienne à L’Île Bouchard : <a href="http://livre.ciclic.fr/outils-ressources/initiatives-en-bibliotheque/pratique-numerique/autour-de-youtube-bibliotheque-l-ile-bouchard-37">“Autour de Youtube”</a></p><ul><li>16h-16h15 : présentation de <a href="http://www.ciclic.fr/livre-lecture/mille-lectures-d-hiver" target="_blank">mille lectures d’hiver</a> par&nbsp;<strong>Michèle Fontaine</strong>, responsable de ce projet à Ciclic</li><li>16h15-17h15 : visite de la bibliothèque de Tours</li></ul><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/bibliotheque_tours.jpg?itok=aY4NaJas"/> Thu, 28 Nov 2019 11:41:34 +0100 https://ciclic.fr/actualites/ciclic-l-assemblee-generale-de-l-association-des-bibliotheques-de-france actualites Participez aux auditions du parlement de Loire #2 https://ciclic.fr//actualites/participez-aux-auditions-du-parlement-de-loire-2-0 <p class="chapo">Et si, pour la première fois en Europe, un fleuve avait la possibilité de s’exprimer et de défendre ses intérêts à travers un système inédit de représentation ?&nbsp;</p><p>Animée par l’écrivain et juriste Camille de Toledo, la commission pour la création d’un parlement des humains et non-humains reliés au fleuve vous invite à suivre son travail d’enquête. Prenez part aux auditions et venez enrichir ce projet d’anticipation. Ces auditions mettent en acte une recherche collective pour impliquer les non-humains dans un parlement reconfiguré et étendu à la faune, la flore, les bancs de sable, les masses d’eau et l’ensemble des composantes de la Loire.</p><p><strong>Les auditions en vue de la création d'un&nbsp;<em>parlement de Loire</em>&nbsp;se poursuivent avec ce deuxième rendez-vous qui se déroulent le 14 décembre à Blois en présence de l'écologue Catherien Boisneau, des spécialistes des droits animaliers Jacques Leroy et Jean-Pierre Marguénaud et de la philosophe Catherine Larrère la chercheure&nbsp;et&nbsp;metteure-</strong><strong>en-scène</strong>&nbsp;<strong>Frédérique Aït-Touati, de l'architecte paysagiste Bruno Marmiroli et de l'archéologue Virginie Serna. La journée commence par une séance d'écoute avec l'audio-naturaliste Boris Jollivet.</strong></p><p class="accroche">Vers une personnalité juridique de La Loire<br />Vers un parlement du fleuve<br /><small>par Camille de Toledo, auteur associé aux auditions du parlement de Loire</small></p><h2>AUDITIONS &nbsp;② Comment écouter les non-humains?</h2><p>Déroulement de la journée :</p><ul><li>11h30-12h30 / Séance d'écoute : Immersion dans les sonorités du fleuve Loire avec l'audio-naturaliste <strong>Boris Jollivet</strong>.</li><li>12h30-14h / Picnic avec les membres de la Commission, les intervenants et les participant.e.s de la journée -</li><li>14h30 &gt; 18h00 | Auditions publiques</li><ul><li>Audition 1 avec les spécialistes des droits animaliers <strong>Jacques Leroy</strong> (professeur de droit privé à l'Université d’Orléans) et <strong>Jean-Pierre Marguénaud</strong> (professeur de droit privé à l'Université de Limoges), animée par <strong>Pascal Ferren</strong> (philosophe) - 60'<br />Autour des "personnalités juridiques non-humaines"</li><li>Audition 2 avec la philosophe <strong>Catherine Larrère</strong> (professeure de philosophie à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, co-auteure de Penser et agir avec la nature et de Penser l'anthropocène), animée par <strong>Stéphane Cordobes</strong> (ingénieur prospectiviste) - 40'</li><li>PAUSE - 20'</li><li>Audition 3 avec l'écologue <strong>Catherine Boisneau</strong> (enseignante chercheure en écologie des cours d'eau et biologie des populations à l'Université de Tours), animé par <strong>Lolita Voisin</strong> (paysagiste et directrice de l’Ecole de Blois) - 45min</li></ul><li>Conclusion de la journée et rendez-vous pour la troisième journée d'audition en mars 2020.</li></ul><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/auditions_2.jpg?itok=fg9K-czV"/> Wed, 20 Nov 2019 11:07:56 +0100 https://ciclic.fr/actualites/participez-aux-auditions-du-parlement-de-loire-2-0 actualites Deux duos : Lucie Taïeb & Toma Gouband et Nicole Caligaris & Jean-François Pauvros pour deux lectures musicales https://ciclic.fr//actualites/deux-duos-lucie-taieb-toma-gouband-et-nicole-caligaris-jean-francois-pauvros-pour-deux-lectures-musicales <p class="chapo">Lucie Taïeb a pris la suite de Nicole Caligaris en tant qu’auteure associée au Petit faucheux. À l’initiative de cette soirée, elle nous dévoile le fruit de son travail de création mené en compagnie du percussionniste et improvisateur Toma Gouband. En seconde partie de soirée, elle convie Nicole Caligaris, avec qui elle partage un goût pour l’expérimentation et la rencontre avec les formes musicales et nous présente son duo avec le guitariste Jean-François Pauvros. C<span style="font-size: 14.69px;">ette soirée est soutenue par Ciclic Centre-Val de Loire.</span></p><blockquote><p>Depuis le mois février 2019, Lucie Taïeb est accueillie par Le Petit Faucheux pour son&nbsp;<span>projet d'écriture&nbsp;autour de la notion de « temps profond ». Des&nbsp;« poèmes partitions »&nbsp;conçus dès l’écriture pour la lecture à voix haute.&nbsp;C</span><span>et événement qui clôture sa résidence est&nbsp;</span>soutenu par Ciclic Centre-Val de Loire dans le cadre du dispositif "<a href="http://www.ciclic.fr/livre-lecture/dispositifs-d-aides/les-aides-et-soutiens/soutien-aux-auteurs-associes" target="_blank" class="lien-externe">auteur associé</a>".&nbsp;&nbsp;</p></blockquote><h2><small>►</small> Lucie Taïeb et Toma Gouband</h2><p><em><strong>Lucie Taïeb&nbsp;voix, texte</strong></em><br /><em><strong>Toma Gouband&nbsp;percussions, pierres&nbsp;</strong></em></p><p>Cela commence par une pulsation. Cela pourrait être un battement de cœur. Ou une pierre heurtée contre une autre.<br />Dans le duo formé par Lucie Taïeb et Toma Gouband,&nbsp;c’est la pulsation qui est première. De longue date, Toma Gouband, au sein de diverses formations, «&nbsp;utilise les sonorités des cailloux récoltés çà et là et tente de jouer un tissu de rythmes entrecroisés, multivitesses, chants indépendants&nbsp;». Dans le texte écrit pour ce projet, Lucie Taïeb explore la manière dont les rythmes et les circulations qui nous animent (battements de cœurs, flux sanguins, mouvements de nos corps) peuvent entrer en correspondance avec les révolutions et rythmes cosmiques.&nbsp; Ainsi, flux rythmiques (pierres) et petites unités narratives (voix) cheminent de manière autonome. Parfois ils se répondent et se correspondent,&nbsp;cherchant à s’inscrire ensemble dans un continuum qui tout à la fois les comprenne et les dépasse.</p><h2><small>►</small>Nicole Caligaris et Jean-François Pauvros</h2><p><em><strong>Nicole Caligaris&nbsp;voix, texte</strong></em><br /><em><strong>Jean-François Pauvros&nbsp;guitare</strong></em></p><p>«&nbsp;Ce duo est une expérience, nous la menons au gré de quelques occasions favorables, et un pari, que nous allons tenter pour la troisième fois, celui de créer ensemble une musique improvisée et un récit improvisé qui se provoquent mutuellement, qui se déroutent, qui s’entraînent, se contrarient ou s’accordent mais toujours se répondent.&nbsp;»<br /><em>[Nicole Caligaris]</em></p><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/fotojet_5.jpg?itok=VA3bth-b"/> Mon, 18 Nov 2019 16:59:43 +0100 https://ciclic.fr/actualites/deux-duos-lucie-taieb-toma-gouband-et-nicole-caligaris-jean-francois-pauvros-pour-deux-lectures-musicales actualites Formation littérature jeunesse : Pourquoi perdre son temps à raconter des histoires ? https://ciclic.fr//actualites/formation-litterature-jeunesse-pourquoi-perdre-son-temps-raconter-des-histoires-2 <p class="chapo"><span>Au Prieuré Saint-Cosme, l'association Livre Passerelle propose une session de formation de 4 jours pour creuser toutes les questions de ces temps de lecture à voix haute. Que lit-on ? Pourquoi ? Comment ?</span></p><p><strong>Objectifs</strong><br />Comprendre les enjeux de la rencontre avec la langue du récit dans la construction de soi et de ses apprentissages.<br />Comprendre le rôle des médiateurs socio-&shy;culturels dans la prévention de l’illettrisme, de l’échec scolaire et de toutes formes de discriminations.<br /><br />Découvrir les éditeurs et leurs productions afin d’élargir ses choix et ses ressources.<br />Découvrir l’histoire du livre de jeunesse, l’économie du livre et son fonctionnement.<br />Élaborer des critères communs d’évaluation de la production éditoriale.<br />Élaborer dans une démarche de projet partenarial un projet autour du livre et de la lecture.<br /><br />S’entraîner à la lecture à voix haute : découverte ou perfectionnement de sa pratique, de sa posture, de sa diction, etc.<br /><br />Ouvrir les possibles : la littérature « de jeunesse », une littérature pour tous, un outil de création, d’animation et de lien social.<br /><br /><span style="font-family: websitefont, Arial, Helvetica, sans-serif; font-size: 21px;">Programme&nbsp;</span></p><ul><li><strong>Jeudi 5 mars 2020</strong>&nbsp;&nbsp;<br />&gt; matinée (9h-12h)<br /><strong><em>Pourquoi "perdre son temps" à raconter des histoires ?</em><br /></strong>Décrypter les enjeux de la lecture à voix haute auprès des tout-petits, des plus grands et de leurs parents dans le cadre de la prévention des exclusions, des discriminations dont celle de l’illettrisme. À partir du partage d’expériences de praticiennes, enrichies des recherches sur le sujet, débat et construction d’un cadre commun de réflexion. <br />Intervenantes : Dominique Veaute et Catherine Métais (animatrices lecture)&nbsp;<br /><br />&gt; après-midi (14h-17h) <br /><em><strong>Littérature de jeunesse, de quels livres parle-t-on ?</strong></em> <br />Atelier d’immersion dans les albums, outils de travail de Livre Passerelle. Analyse d’albums, réflexion sur les critères de choix, sélection. <br />Intervenantes : Dominique Veaute et Catherine Métais (animatrices lecture)&nbsp;<br />&nbsp;</li><li><strong>Vendredi 6 mars 2020</strong><br />&gt; matinée (9h-12h)<br /><em><strong>Montage d’un projet livre et lecture (Ateliers 1/2)</strong>&nbsp;</em><br />En petits groupes, les stagiaires seront amenés à présenter leurs pratiques professionnelles et/ou leurs objectifs, et à élaborer ensemble les bases d’un projet autour du livre et de la lecture.&nbsp;<br />Intervenantes : Dominique Veaute et Catherine Métais (animatrices lecture)<br /><br />&gt;&nbsp;après-midi (14h-17h) <br /><em><strong>Littérature de jeunesse : toute une histoire !</strong>&nbsp;</em><br />Présentation et panorama de l’histoire du livre jeunesse : quel regard sur l’enfance ? Quel rôle dévolu à la littérature déposée entre les mains des plus jeunes ?&nbsp;<br />Intervenante : Cécile Boulaire (maître de conférence en littérature de jeunesse à l’université de Tours)<br /><br /></li><li><strong>Jeudi 9 avril 2020&nbsp;</strong><br />&gt; matinée (9h-12h)<br /><em><strong>Propositions de lecture : pourquoi choisir ?</strong></em> <br />En quoi les acteurs sociaux, éducatifs et culturels ont-ils un rôle à jouer dans la chaîne économique du livre ? En quoi leur usage d’une littérature consciemment choisie s’intègre-t-elle à leur projet global d’établissement ? <br />Intervenantes : Emeline Guibert et Dominique Veaute (animatrices lecture)&nbsp;&nbsp;<br /><br />&gt;&nbsp;après-midi (14h-17h) <br /><strong>Montage d’un projet livre et lecture (Ateliers 2/2)</strong> <br />Poursuite du travail initié lors de la première session : comment associer tous les partenaires qui accueillent les familles (de la crèche à la maison de retraite, en passant par les adolescents) ? Quels types de projets impulser ? Echanges d’idées, projections et hypothèses. <br />Intervenantes : Dominique Veaute et Catherine Métais (animatrices lecture)&nbsp;<br /><br /></li><li><strong>Vendredi 10 avril 2020</strong> (9h-12h / 14h-17h)<br /><em><strong>Atelier pratique de lecture à voix haute</strong></em> <br />Entrainement à la lecture à voix haute : mise en voix, exercices et lectures d’albums. <br />Intervenants : Cie Les fous de Bassan, Dominique Veaute et Catherine Métais.&nbsp;</li></ul><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/livre_passerelle_0.jpg?itok=aJJYVAE8"/> Tue, 12 Nov 2019 13:20:46 +0100 https://ciclic.fr/actualites/formation-litterature-jeunesse-pourquoi-perdre-son-temps-raconter-des-histoires-2 actualites #5 Le Repas alchimique – Récits de la 12e édition des mille lectures d'hiver https://ciclic.fr//actualites/5-le-repas-alchimique-recits-de-la-12e-edition-des-mille-lectures-d-hiver <p class="chapo">À l'issue de la 12e édition des mille lectures d'hiver, les quarante-cinq comédiens-lecteurs ont rendu compte de leurs tournées de lectures. De ces cinq-cents rendez-vous autour de la litérature, ils ont fait le récit. Puis Ciclic a confié l'ensemble de ces textes à Aurélien Lemant lui demandant d'éditorialiser ces «&nbsp;carnets de route&nbsp;». Aurélien Lemant est écrivain, metteur en scène, comédien et fut lui-même l’un des comédiens-lecteurs des mille lectures d’hiver, c'est dire s'il connaît l'aventure !&nbsp;<em>Le Repas alchimique</em> est le dernier épisode de cette série qui vous aura fait (re)vivre la réalité intime de la 12e édition....</p><h2><strong>ÉPISODE 5</strong></h2><p style="text-align: right;">-&nbsp;<strong><em>Il n’y aura pas de viande ce midi, ça ne te dérange pas ? Tu aimes la betterave crûe et le risotto ?</em></strong></p><p style="text-align: right;"><strong><em><br /></em></strong></p><p>Le givre a gagné les rétroviseurs. Le froid a rentré les bêtes et sorti le blanc du ciel. Bas et lourd, comme le front penché d’un dieu inquiet, un peu aveugle, à deux pas de chuter. Nuage clair à travers lequel perce un arbre empesé de neige ou de glace, sœur de la pluie.</p><p>Sur sa route de lectrice, Laure&nbsp;est accueillie <strong>«&nbsp;<em>dans un grand gîte gelé, il fait cru et je lirai mon manteau sur les genoux en guise de couverture. Pour l'après-lecture mes hôtes ont trop froid pour avoir envie de parler et nous rapprochons une table basse de la cheminée et servons un kir pour nous réchauffer.</em>&nbsp;»</strong> <strong><em></em></strong></p><p>Le feu d’un verre ou de l’âtre sera souvent remplacé par la mitoyenneté des auditeurs, leurs corps ardents comme des tisons qui brûlent d’entendre un livre. Isabelle lit celui qu’elle a choisi parmi<strong> «&nbsp;<em>onze personnes, bien au chaud dans une petite maison, avec une hôtesse tout aussi chaleureuse. Les sièges sont disposés comme en escargot, moi plus ou moins au centre.&nbsp;</em>» </strong>Et c’est bon comme un souper qui fait fuir tous les hivers comme un soleil dans les assiettes. <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>Le plaisir de la lecture et du partage réchauffent. Je me sens portée par ce silence qui écoute&nbsp;</em>»</strong>, confirme Adrienne. <strong></strong></p><p>On raconte que dans certains coins égarés de France, il y a plus de cent ans, les paysans se sont décidés à monter entre eux des pièces de théâtre durant la morte saison, créant des troupes d’acteurs pour tromper le grésil et le désœuvrement, toutes vaches à l’étable et terres frigorifiées. En mammifères forcés par le barographe et les thermomètres à ne plus mettre un cochon dehors sous peine de le voir changé en statue, éleveurs et cultivateurs se retrouvent l’hiver venu pour ne pas geler sur place, les pieds pris dans l’humidité du bocage. Depuis plus d’un siècle, ces travailleurs des champs ont recours à la littérature et à la proximité du public pour que recule la dormance et l’inaction, dans le festin de la parole dite et des textes échangés – les hommes ont besoin qu’on les prie de se retrouver autour d’un tel incendie. Invitation à se tenir les coudes et s’ouvrir les oreilles au cœur des frimas et des giboulées, les Mille Lectures d’Hiver ont cet instinct de tradition et l’amour du rapprochement, avec la quarantaine de comédiens de métier qu’elles embauchent pour faire la nique aux grands froids à coup de romans brandis devant l’audience, comme un exorciseur ou un bluesman débouchent la fiole d’eau bénite ou le gallon de whisky&nbsp;: pour libérer les âmes, autant que pour voir surgir les démons. Soudain les températures s’élèvent.</p><p><strong>«&nbsp;<em>Il fait bien froid dans cette petite bibliothèque...&nbsp;</em>»<em> </em></strong>déclare Camille.<strong><em> </em>«<em>&nbsp;Les radiateurs ont été coupés par la ville à cause de travaux. Les gens commencent à arriver. </em></strong></p><blockquote><p>-&nbsp;<em>Venez ! On va chez nous, proposent Jean-Luc et Florence.</em></p><p>-&nbsp;&nbsp;<em>Attendez ! Il y a des radiateurs électriques !</em></p></blockquote><p><strong><em>Branle-bas de combat, on branche et on se réchauffe, au son peu appréciable des ventilations ! On éteint un radiateur, on en allume un autre, on en déplace un troisième… Quand le confort sonore est trouvé et que la température nous paraît bonne, la lecture peut commencer, dans une complicité joyeuse liée à ces aléas qui rassemblent ! Les manteaux tombent et l'écoute se fait belle rapidement... La chaleur électrique et la chaleur d'être ensemble.</em></strong><strong>&nbsp;»</strong></p><p>Il est d’autres chaleurs pour fondre les excédents d’hiver, soit qu’elles dansent le long des bornes sous les vitres embuées de Bénédicte<strong><em>&nbsp;</em>«<em>&nbsp;arrivée en avance dans cette maison agréable avec un grand jardin derrière. Je suis passée par des routes de campagne, via Quincy et Reuilly, de nobles sites, pour les vins du Cher.&nbsp;</em>»</strong>, comme autant de prophéties devançant les rencontres à venir&nbsp;; soit qu’elles soient appelées par les chapitres lus, allumées en torchères pour les auditeurs d’Isabelle qui la<strong><em> </em>«<em>&nbsp;remercient pour cette lecture, qui leur a permis de "voir le texte".&nbsp;</em>»<em> </em></strong>Voir permet de goûter un peu.<strong><em> </em></strong>Un convive lui confie&nbsp;:<strong><em> «&nbsp;"J'ai bien aimé… les fruits... ça me donnait envie de les manger".&nbsp;</em>» </strong></p><p>Ces fruits réchappés des vignes et des fables, tous vont pouvoir les déguster, en contexte comme hors texte, tels une récompense, un dédommagement face à l’hibernation impossible. Chose promise&nbsp;: <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>L'après-lecture a été très sympathique&nbsp;</em>»</strong> se souvient Coraline, <strong>«<em>&nbsp;autour d'un jus ou d'une tasse de café en hommage à l'autrice qui ne cesse d'en boire tout au long du livre, ce qui souvent a beaucoup marqué les auditeurs.&nbsp;</em>» </strong>C’est qu’ils ont l’eau et le sel à la bouche de voir se former dans les airs, au son de la voix de la comédienne, ces odeurs de joie ou de soif, qu’on plaque sur le lecteur comme s’il était sujet aux désirs de l’écrivain. <strong>«&nbsp;<em>Cela doit faire une vingtaine de minutes que la lecture est commencée&nbsp;</em>» </strong>relate Julien,<strong> «<em>&nbsp;lorsque je perçois un chuchotement au premier rang, puis une personne se lève discrètement et sort de la pièce. Une envie pressante ? Un besoin de prendre l'air ? Une envie de tousser ? Je continue. Tout en lisant, j'entends maintenant qu'on s'affaire à l'arrière de cette petite salle des fêtes vieillissante. Mais enfin qu'est ce qui se passe ? Je continue. Une minute plus tard j'entends le parquet grincer de nouveau lorsque la personne revient sur la pointe des pieds. Bon... ça va durer longtemps ? Pour finalement poser... sur la petite table à mes côtés... une carafe d'eau et un verre ! Merci !</em>&nbsp;» </strong>Les gens s’imaginent que ça doit être un calvaire de lire en public une heure durant, comme si lire, c’était causer – et causer tout seul, encore. Or ce que font les Mille Lecteurs et Lectrices, ce n’est pas ça. Ce qu’ils fabriquent s’apparente à écouter eux aussi l’écrivain qu’ils ont distingué, pour le donner à entendre au plus grand nombre. Aussi, quand ils lisent, ils ne parlent pas. Ils <em>expriment</em>. Mais il est beau de découvrir qu’à la mesure de leur sollicitude envers le lecteur, les accueillants devancent parfois toutes les problématiques afin de permettre à cette lecture d’être comme un dîner en tête-à-tête avec le livre. Camille, ça la <strong>«<em> frappe en arrivant à Varennes, dans cette jolie cave voutée. Les dames avaient installé les chaises légèrement en arc de cercle, de biais pour qu’on aie un bel angle de vue, me disent-elles. Elles me demandent si ça me plaît, une petite table, un petit fauteuil... On a pris soin de trouver la bonne orientation, on cache les tables pas assez belles en les recouvrant d'un drap... Et je me dis qu'à chaque fois, oui, il y a cet effort charmant, de trouver la scénographie de la lecture. Des fleurs discrètes sur la table, un verre d'eau plutôt qu'une bouteille en plastique, le livre exposé, une lumière rapportée de la maison exprès, une petite nappe, pourquoi pas&nbsp;? C'est déjà une partie de la magie. C'est d'être attendue, et ce soin pour ce moment à venir. Je suis touchée à chaque fois par ces gestes, mais ce jour-là, je me le formule en souriant.</em>&nbsp;»</strong></p><p>Ce sourire est déjà une fête, et les apprêts qui le rendent possible éclosent comme des échos sur la face des écoutants. Guy Frédéric le raconte en dressant le portrait d’un de ces moments où l’alchimie fait or de toute flamme&nbsp;dans l’œil de l’autre : <strong>«<em>&nbsp;On fait connaissance en bavardant, on installe le coin où je lirai bientôt. Quand la lecture démarre, je suis devant un groupe d'un tout petit peu moins de vingt personnes. L'attention est extrême, pas une seule virgule n'a la possibilité de s'égarer sur son chemin vers les oreilles. Le public réagit au quart de tour à chaque méandre du texte. Ici aussi, on donne l'impression de se régaler.&nbsp;» </em></strong>Il précise «&nbsp;<strong><em>aussi</em></strong>&nbsp;», parce que l’enchantement a déjà pris plus tôt dans la tournée, les lecteurs le savent et s’en réjouissent&nbsp;: c’est fréquent et ce n’est pas moins fantastique pour autant.<strong><em> </em>«<em>&nbsp;Après la lecture, effectivement, on n'a pas fait que donner l'impression. On s'est régalé et on le dit. La conversation démarre tout naturellement, dans la gourmandise et la passion des mots, et se prolonge un peu, très agréablement. Le texte, l'auteur, la culture et la littérature japonaises, la traduction… Nous nous baladons dans tous les sujets permettant de prolonger le plaisir le plus longtemps possible. Quand nous nous extrayons de nos sièges, c'est pour aller un mètre plus loin, à l'étape suivante, celle qui voit apparaître en grand nombre des petits mets fabuleux, et des flacons merveilleux sur une table garnie de savoureuses victuailles préparées par les convives. Nous savourons. Et nous parlons, parlons, parlons…&nbsp;</em>»<em> </em></strong></p><p>Plus prosaïque, Guy Frédéric résume ailleurs le <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>Protocole classique : On mange, on boit, on parle.&nbsp;</em>»<em> </em></strong>qu’il n’est pas le seul à associer aux Mille Lectures. D’autant que parfois <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>Madame est plus curieuse de littérature que Monsieur, qui affectionne plus franchement les nourritures terrestres&nbsp;</em>» </strong>comme l’évoque Leila&nbsp;:<strong><em> </em>«<em>&nbsp;galettes des rois, mousse au chocolat, crumble, bouteilles diverses, cake au citron.&nbsp;</em>»<em>&nbsp; </em></strong>Ici avec Bruno,<strong> « <em>terrines de gibier et de lapin légendaires&nbsp;</em>»</strong>, là avec Bénédicte <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>la quiche au canard, le pâté creusois, et le poulet et le gratin dauphinois, et le fromage et les desserts et le vin.&nbsp;</em></strong><em>»</em>&nbsp;Autre part, Benoît G. dit <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>Que c'est étrange la vie ! C'est une destination unique, un havre pour le lecteur épuisé, on y est reçu comme un prince, attendu avec un banquet somptuaire. Le buffet qu'ils ont préparé comportait les mets les plus délicats de tout le Loir et Cher et la Beauce réunis (fromages de chèvre, de brebis, de vache, d'éléphant, charcuterie corse, ardéchoise, croate, béninoise, crevette, même des huîtres (non perlières comme dirait Pierre Senges).&nbsp;</em>»<em> </em></strong>Ce n’est quelques fois qu’un peu de Darjeeling ou de Sauvignon, mais tout le monde est censé apporter quelque chose, même un rien, un bol de chips, une bière, des pommes, pour contribuer à la frairie&nbsp;: <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>Les sœurs libanaises, elles ne savaient pas que nous voyagerions à Beyrouth&nbsp;</em>» </strong>dans le livre élu par Camille.<strong><em>&nbsp;</em>«<em>&nbsp;Elles avaient vécu au Liban, enfants. Elles en ont retrouvé les saveurs, la complexité politique et ethnique, elles en ont retrouvé le verdoyant et l'odeur des grimpants, des bougainvilliers, elles ne savaient pas qu'elles écouteraient les mots de Hyam Yared, et c'est drôle, l'une d'elles avait apporté une salade de lentilles libanaises, et de l'houmous.&nbsp;</em>» </strong>Et Laure de renchérir&nbsp;:<strong><em> </em>«<em>&nbsp;Au bout d’un chemin privatif au milieu des bois, c'est assez magique, les moutons sont de sortie et je rencontre tout un tas de gens qui vont et viennent. La cuisine qui est aussi l'entrée de la maison est pleine de femmes qui préparent&nbsp;</em>» </strong>la bonne chère<strong> «<em>&nbsp;et ça sent drôlement bon, ce sera bar à soupe après la lecture et fromages de chèvre entre autres... Il y a une cheminée en marche et il fait bon.&nbsp;</em>» </strong></p><p>Ouvrir un livre comme on rompt le pain, lire comme on distribue la pitance sans cuiller ni marmite, directement dans les consciences voraces venues s’asseoir en quête de trouble ou d’apaisement, c’est bombance pour l’esprit, exhortation à devenir tous commensaux d’un repas de l’ineffable, <strong>«<em>&nbsp;mes "compains" comme on le dit au Moyen-Âge&nbsp;</em>»</strong> rappelle Nathalie, <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>ceux avec qui on partage le pain&nbsp;</em>»</strong>.<strong> </strong>Ces bouches lisantes et parlantes qui se font mangeuses et buveuses, ce pantagruélisme occasionnel, à tout le moins cette rabelaiserie partie prenante des Mille Lectures d’Hiver – du côté des Lettres comme du côté des ogres – ne sauraient faire passer la lecture publique pour ripailles orgiaques, alors que des gens meurent de malnutrition dans les rues du pays de Rabelais, d’où qu’ils viennent. C’est même le propos terrible d’ouvrages parmi ceux lus chaque année à haute voix par les comédiens. Et c’est là une merveille si l’on veut&nbsp;: comment mieux envisager le manque qui ne nous manque pas, qu’en le nommant dans la bouche d’un précaire, ce lecteur public, lui-même portant les mots d’un parfois plus précaire encore, l’auteur qui, nimbé d’une maison d’édition et de librairies, laisse croire malgré lui qu’il est tiré d’affaire&nbsp;? &nbsp;Aussi, pour remercier l’accueillant aussi bien que le lecteur, les plats confectionnés par celui-là comme par ses invités scellent la bienvenue à l’étranger, le pacte de la fraternité possible. C’est une transaction rituelle. La nourriture de l’esprit apportée par les Mille Lecteurs est offerte en retour, elle est ce tribut payé à ceux qui sont venus écouter, elle est un hommage à ceux qui ne peuvent pas lire, elle est un sacrifice – en notre nom à tous – de l’efficacité, du rendement, du temps que chacun aurait pu consacrer à autre chose, et ce temps se résume à une voix au fin fond de l’hiver, parvenue jusqu’à votre conduit auditif. Si cette lecture est une offrande, c’est chacun qui en fait don par la grâce d’être là. C’est déjà un merci réciproque. Préparer un semblant de repas, comme lire, est le gage de cette présence. Une culture tout entière se dessine là. Les énergies circulent en continu selon des vagues de plus en plus vastes, et hautes.</p><p>Il peut arriver, tel que le mentionne Bruno, que «&nbsp;<em>La soirée s’achève très tardivement, arrosée de crûs de qualités, d’une terrine de sanglier miraculeuse et d’une mixité de paroles&nbsp;</em>». Et puis, le lendemain, lorsque le comédien se réveille chez ses hôtes d’une nuit, c’est d’autres trocs, d’autres protocoles, qui&nbsp;tiennent lieu de magie&nbsp;:<strong> «&nbsp;<em>Mon petit déjeuner en tête-à-tête avec Marc sera fraternel. Avant mon départ nous nous échangerons des présents comme des explorateurs ethnologues, il me donnera de la confiture de figues maison et moi je lui donnerai un livre de poche de Christian Gailly.&nbsp;</em>»</strong></p><p>Participer à une seule des Mille Lectures d’Hiver, c’est se voir confier la responsabilité de cette amitié, éphémère ou non, là n’est pas encore le propos, d’autres temps le diront. Quelque part, un livre a été lu. Et, peut-être sans vous en rendre compte, vous ne pourrez plus rester les mêmes depuis.</p><blockquote><p>-&nbsp;<strong><em>C’était très agréable, merci.</em></strong></p><p>-&nbsp;<strong><em>Vous emporterez bien des crêpes ! J’en ai fait pour un régiment !</em></strong></p></blockquote><p><strong><br /></strong></p><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/visuel_2.jpg?itok=HNqYblpk"/> Tue, 29 Oct 2019 17:17:25 +0100 https://ciclic.fr/actualites/5-le-repas-alchimique-recits-de-la-12e-edition-des-mille-lectures-d-hiver actualites Rencontre avec Jérôme Game https://ciclic.fr//actualites/rencontre-avec-jerome-game <p class="chapo" style="text-align: justify;">L'université François Rabelais de Tours, organise en partenariat avec Ciclic Centre-Val de Loire, une rencontre avec le poète et écrivain, Jérôme Game. Il donnera une lecture-performance de ses textes, suivie d’une discussion animée par Gaëlle Théval, universitaire, spécialiste de poésie contemporaine et Maryline Heck, maître de conférences en littérature française des XX<sup>e</sup> et XXI<sup>e</sup> siècles.</p><div style="text-align: justify;">Jérôme Game est poète et écrivain. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres, de plusieurs CD de poésie sonore et d’un DVD de vidéopoèmes. Sa poésie s’attache à explorer la consistance du réel – des corps, du langage, des images, des événements et récits, collectifs ou individuels – via celle des signes et leurs grammaires. Il donne souvent des lectures publiques de ses textes, seul ou en collaboration avec des artistes (la vidéaste Valérie Kempeeners, le metteur en scène Cyril Teste, la musicienne électronique Chloé, le chorégraphe David Wampach et le compositeur Olivier Lamarche notamment). Il a publié dans de nombreuses revues et souvent montré/fait écouter son travail en Europe, Asie, Amérique, Afrique du Nord. Il est également l’auteur de plusieurs essais sur l’esthétique contemporaine (visuelle, littéraire, théorique) et sa dimension politique.&nbsp;</div><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/jerome_game.jpg?itok=MO-olGJU"/> Mon, 21 Oct 2019 17:49:36 +0200 https://ciclic.fr/actualites/rencontre-avec-jerome-game actualites Formation "Organiser et mettre en place un plan d'animations" https://ciclic.fr//actualites/formation-organiser-et-mettre-en-place-un-plan-d-animations <p class="chapo">L'INFL propose, en partenariat avec Ciclic Centre-Val de Loire, une formation intitulée "Organiser et mettre en place un plan d'animations"&nbsp;à destination des libraires.&nbsp;<span style="font-size: 14.69px;">Objectifs de cette journée : dynamiser l’image de la librairie, fidéliser sa clientèle et attirer de nouveaux clients, rentabiliser ses animations.</span></p><div class="field field-name-field-contenus field-type-text-long field-label-above"><h4 class="field-label">CONTENU</h4><div class="field-items"><div class="field-item even"><strong>► Élaborer un calendrier d’animations</strong><br /><ul><li>Connaître les caractéristiques des principaux types d’animations en intra et hors les murs</li><li>Identifier les besoins et attentes de sa clientèle</li><li>Définir le projet commercial de sa librairie en matière d’animations</li><li>Choisir ses thématiques en fonction de la saisonnalité, de l’actualité et des médias prescripteurs</li><li>Élaborer un calendrier annuel</li></ul><strong>► Déterminer les moyens humains et économiques</strong><br /><ul><li>Créer et développer un réseau de partenaires</li><li>Maîtriser les possibilités de négociations d’achat</li><li>Connaître les caractéristiques des animations gratuites et payantes</li><li>Évaluer le potentiel de vente d’une animation</li><li>Élaborer un budget prévisionnel en fonction du type d’animations</li><li>Solliciter des aides financières.</li></ul><strong>► Organiser la logistique d’une animation</strong><br /><ul><li>Gérer les relations avec les partenaires (animateur, auteur,…)</li><li>Établir un rétro-planning</li><li>Adapter sa librairie à son animation (espace, assortiment, équipe)</li><li>Choisir les bons supports de communication en fonction de sa clientèle et du type d’animation</li><li>Utiliser ses supports de communication pour valoriser son animation avant et après sa réalisation.</li></ul><strong>► Évaluer la rentabilité de ses animations</strong><br /><ul><li>Analyser le résultat financier</li><li>Mesurer l’impact sur l’image de sa librairie.</li></ul></div></div></div><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/20190717_093924.jpg?itok=R_Ahqeep"/> Thu, 17 Oct 2019 11:08:07 +0200 https://ciclic.fr/actualites/formation-organiser-et-mettre-en-place-un-plan-d-animations actualites Rencontre professionnelle : "Ce que la musique fait à la littérature" https://ciclic.fr//actualites/rencontre-professionnelle-des-lieux-d-accueil-d-auteurs-0 <p class="chapo">Après le POLAU en 2015, la Fondation du doute en 2018, Ciclic Centre-Val de Loire s'associe cette année au Petit Faucheux pour proposer une rencontre professionnelle à destination des lieux de la région Centre-Val de Loire qui ont accueilli, accueillent ou désirent inviter des auteurs. Elle vise à instaurer un temps d'échange entre l'agence et ses partenaires de la vie littéraire régionale, à permettre aux professionnels de se rencontrer dans des lieux singuliers, porteurs de projets forts et sur des thématiques propres au projet développé par le lieu d’accueil.</p><p><strong>► Les enjeux de cette journée :</strong></p><ul><li>offrir un temps de rencontre, d'échange et de partage entre les acteurs de la vie littéraire de la région Centre-Val de loire,</li><li>permettre la découverte d'un lieu culturel singulier de la région,</li><li>ouvrir la littérature vers de nouveaux territoires artistiques, de nouveaux modes de pensée et de fonctionnement,</li><li>proposer un temps de formation et de réflexion aux acteurs du livre, par le biais d'interventions de professionnels de la culture.</li></ul><p>En organisant cette journée, Ciclic Centre-Val de Loire pousuit ses objectifs de professionnalisation des acteurs de la vie littéraire, d'ouverture et de porosité de la filière du livre, de proposition de nouveaux modes de collaborations et de formation, d'animation d'un réseau et de partage avec ses partenaires.&nbsp;</p><p><strong>► Déroulement de la journée :</strong></p><ul><li><small>&nbsp; 9h30 </small> : Accueil des participants&nbsp;</li><li><small>&nbsp;10h00 </small>: <strong>Introduction</strong> de la journée par <span style="color: #cd5173;">Philippe Germain</span>, directeur de Ciclic Centre-Val de Loire, et <span style="color: #cd5173;">Françoise Dupas</span>, directrice du Petit Faucheux</li><li><small>10h30 </small>: Visite et présentation du projet du Petit Faucheux, par <span style="color: #cd5173;">Françoise Dupas</span></li><li><p><small>11h00&nbsp;</small>: <strong>Temps d'échange </strong>sur l'accompagnement de la vie littéraire et les dispositifs de soutien mis en place par l'agence</p></li><li><small>12h00</small> : Présentation du <strong>réseau national des résidences d'auteurs</strong>, par <span style="color: #cd5173;">Pascal Jourdana</span> (directeur de La Marelle) et <span style="color: #cd5173;">Yann Dissez</span> (chargé de mission Vie littéraire)</li><li><small>12h30 </small> : Pause déjeuner</li><li><p><small>14h00 </small>: <strong>Rencontre avec </strong><span style="color: #cd5173;">Benoît Verhille</span>, responsable des éditions La Contre Allée, en résidence en Centre-Val de Loire</p></li><li><small>15h30 </small> : <strong>Qu'est-ce que la musique fait à la littérature ?</strong>, par <span style="color: #cd5173;">Anne-Laure Chamboissier</span> (historienne de l’art et curator)<span style="color: #cd5173;"><br /></span></li><li><small>16h30 </small> : Répétition de <span style="color: #100609;"><span style="color: #cd5173;">Lucie Taïeb</span></span> (voix, texte) et <span style="color: #100609;"><span style="color: #cd5173;">Toma Gouband</span></span> (percussions, pierres), suivi d'un temps d'échange</li><li><small>18h00 </small> : Apéritif</li></ul><p style="text-align: center;"><a href="https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe2hhzJKbv6ePQ_TCu_xHYCZexBx0ZrBOYBqSsUBc-ZY_13sQ/viewform" target="_blank" class=" bouton"><strong>INSCRIVEZ-VOUS !&nbsp;</strong></a></p><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/photo_by_ken_treloar_on_unsplash.jpg?itok=2_HajHsd"/> Wed, 16 Oct 2019 16:15:13 +0200 https://ciclic.fr/actualites/rencontre-professionnelle-des-lieux-d-accueil-d-auteurs-0 actualites Petit déjeuner des éditeurs de littérature jeunesse https://ciclic.fr//actualites/petit-dejeuner-des-editeurs-de-litterature-jeunesse-0 <p class="chapo">Ciclic Centre-Val de Loire vous propose de venir à la découverte des éditeurs indépendants de la région, dès le petit déjeuner ! &nbsp;Pour ce nouveau rendez-vous du cycle "Petits déjeuners des éditeurs", c'est la littérature jeunesse qui est mise à l'honneur à Bourges.&nbsp;L'objectif : <span>valoriser auprès des professionnels du livre la richesse et la diversité des productions éditoriales des maisons d'édition implantées en région Centre-Val de Loire.</span></p><p>Cet évènement, co-organisé avec la Médiathèque départementale du Cher, vous offre la possibilité de rencontrer trois maisons d'édition spécialisées en&nbsp;littérature jeunesse,<strong> Bilboquet, HongFei Cultures et L'Élan Vert. </strong>Chaque éditeur présente sa ligne éditoriale, ses nouveautés et titres emblématiques de son catalogue avant que la rencontre ne donne place à des échanges plus conviviaux, le tout autour d'un café et viennoiseries...&nbsp;</p><p><span>Bibliothécaires, libraires, éditeurs, documentalistes, organisateurs de manifestation littéraire, auteurs, illustrateurs, médiateurs ou futurs médiateurs du livre, venez rencontrer des éditeurs du Centre-Val de Loire et découvrir leurs nouveautés !<br /></span></p><div><ul><li><strong>Éditions Bilboquet</strong>&nbsp;<small>- Vineuil (41)</small><br /><div>Maison d’édition jeunesse qui, depuis 1994, publie des albums qui se donnent pour mission d’ouvrir l’esprit des plus jeunes à la différence, de les faire rêver mais aussi de revisiter les contes et le patrimoine collectif.<br />Un éventail de livres pour toucher au cœur les petits, les grands… et les très grands !&nbsp;</div></li><li><strong><strong>Éditions HongFei Cultures -</strong></strong>&nbsp;<small>Amboise (37)</small><strong><strong><br /></strong></strong><div>Les éditions HongFei proposent aux jeunes lecteurs une littérature illustrée autour de trois thèmes majeurs : le voyage, l’intérêt pour l’inconnu et la relation à l’autre.&nbsp;</div><div>Elles développent une ligne éditoriale autour d’un axe double : proposer aux enfants une expérience de la Chine et, plus généralement, une expérience de l’altérité.</div></li><li><strong><strong>Éditions de L'Élan vert </strong></strong>-&nbsp;<small>Saint-Pierre-des-Corps (37)</small><strong><strong><br /></strong></strong><div>Créée en 1998, L’Élan vert est une maison d’édition indépendante qui publie des livres pour la jeunesse. Tantôt drôles et légers comme des bulles de savon, tantôt forts et percutants pour susciter le dialogue, les livres de L’Élan vert sont toujours résolument tournés vers l’enfant et constituent une petite bibliothèque idéale pour l’accompagner au quotidien.&nbsp;</div></li></ul></div><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/test_petit_dejokweb_0.jpg?itok=F1VbcnTJ"/> Tue, 15 Oct 2019 09:17:54 +0200 https://ciclic.fr/actualites/petit-dejeuner-des-editeurs-de-litterature-jeunesse-0 actualites Pierre Jourde et Hubert Haddad, écrivains associés à la 14e édition de mille lectures d’hiver https://ciclic.fr//actualites/pierre-jourde-et-hubert-haddad-ecrivains-associes-la-14e-edition-de-mille-lectures-d-hiver <p class="chapo">Les auteurs sont avant tout de grands lecteurs. En associant deux écrivains à chaque édition des mille lectures d’hiver, Ciclic invite le public à un voyage singulier au cœur de leur jardin secret littéraire.</p><p>C’est ainsi qu’en juin, une fois terminée la saison des lectures d’hiver chez les accueillants, six rencontres permettront au public curieux de découvrir les écrits qui nourrissent et accompagnent Pierre Jourde et Hubert Haddad. Au cours de ces six rendez-vous, un par département, trois avec Pierre Jourde, autant avec Hubert Haddad, les deux auteurs évoqueront leur œuvre et&nbsp;leur propre cheminement dans l’écriture.&nbsp;Accompagnés de deux comédiens, ils se prêteront, avec eux, à l’exercice de la lecture à voix haute.&nbsp;Ces rencontres feront l’objet d’un document d'information spécifique.</p><h4>&gt; Pierre Jourde</h4><div><img src="http://livre.ciclic.fr/sites/default/files/jourde_pierre_cjean_baptiste_millot_gallimard_2013_07_-1.jpg" width="200" height="133" style="float: left; margin: 10px;" class=" image-gauche" />Né à Créteil en 1955, <strong>Pierre Jourde</strong> est écrivain, chercheur et critique littéraire.</div><div>Parmi les livres publiés aux éditions Gallimard, <em>Pays perdu</em> a reçu le prix Générations en 2003, <em>Festins secrets</em> le prix Renaudot des lycéens en 2005, <em>Le Maréchal absolu</em> le prix Virilo en 2012, <em>La première pierre</em> le prix Giono en 2013. Quant au <em>Voyage du canapé-lit</em>, paru en 2019, il a été couronné par le prix Alexandre Vialatte.</div><div>Pierre Jourde est également l’auteur de deux ouvrages critiques très remarqués <em>La littérature sans estomac</em> (prix de la critique de l’Académie française) et <em>Le Jourde et Naulleau</em> écrit en collaboration avec Eric Naulleau.</div><hr /><h4>&gt; Hubert Haddad</h4><div><img src="http://livre.ciclic.fr/sites/default/files/haddad-hubert_cnemo_perier_stefanovitch.jpg" width="200" height="133" style="float: right; margin: 10px;" class=" image-droite" />Né à Tunis en 1947, <strong>Hubert Haddad</strong> est l’auteur d’une œuvre immense, portée par une attention de tous les instants aux ressources infinies de l’imaginaire.</div><div>Hubert Haddad dévoile son engagement d’intellectuel, d’artiste et d’homme libre avec des titres comme <em>Palestine</em> (prix Renaudot poche, prix des cinq continents de la Francophonie), <em>Le peintre d’éventail</em> (prix Louis Guilloux) ou <em>Un monstre et un chaos</em> , paru en 2019. Hubert Haddad a initié en 2016 la revue littéraire annuelle Apulée consacrée aux littératures du monde et à l’intrication vitale des cultures.</div><div>Livres et revue sont publiés chez Zulma.</div><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/mlh-20-visuel_auteurs_associes.jpg?itok=1oOdyFrZ"/> Mon, 07 Oct 2019 14:42:55 +0200 https://ciclic.fr/actualites/pierre-jourde-et-hubert-haddad-ecrivains-associes-la-14e-edition-de-mille-lectures-d-hiver actualites 14e édition de mille lectures d'hiver https://ciclic.fr//actualites/14e-edition-des-mille-lectures-d-hiver <p class="chapo">Chaque hiver, plusieurs milliers de personnes, familières ou non du livre et de la lecture, sont invitées à se réunir en petits groupes, à écouter, à ressentir, à discuter, à échanger autour de la littérature et dans une ambiance conviviale.</p><p>Avec mille lectures d’hiver la littérature française et étrangère d’aujourd’hui s’écoute autant qu’elle se lit.</p><p>Cet événement artistique unique permet aux habitants de la région Centre-Val de Loire de devenir les artisans de rendez-vous littéraires placés sous le signe de la curiosité et du partage. Chacune de ces rencontres offre l’occasion rare de l’écoute commune d’un même texte par des publics venus de tous les horizons.</p><p>C’est une histoire simple, ouverte à tous.</p><p>Au fil des éditions, mille lectures d’hiver s’est développé sur la volonté affirmée de donner une vraie résonance à la création littéraire de notre temps, de favoriser le croisement des idées et des émotions, de rendre «&nbsp;acteurs&nbsp;» l’ensemble des citoyens d’un même projet à partager, en toute convivialité.</p><h4><strong>Accueillant ou auditeur&nbsp;?</strong></h4><p>Pour recevoir l’une des mille lectures d’hiver entre le 1er janvier et le 31 mars 2020, le futur accueillant s’inscrit en ligne sur ciclic.fr, dès le&nbsp;<strong>15 octobre.</strong>&nbsp;Il peut aussi se procurer une fiche d’inscription papier auprès de l’agence.</p><p>Si l’accueil n’est pas envisageable, le futur auditeur consultera le site www.ciclic.fr dès le mois de décembre. Les dates des lectures organisées dans les lieux ouverts au public feront l’objet d’une publication régulière. &nbsp;</p><h4><strong>Deux écrivains associés à la 14e&nbsp;édition</strong></h4><p>Mille lectures d’hiver se poursuit en juin avec une série de rencontres publiques consacrées au jardin secret et à l’œuvre de <strong>Hubert Haddad</strong> et <strong>Pierre Jourde</strong>.</p><hr /><p><em>Initié et financé par la Région Centre-Val de Loire, mille lectures d’hiver est mis en œuvre par Ciclic Centre-Val de Loire.</em></p><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/mlh-20-visuel.jpg?itok=8YaINcnB"/> Mon, 07 Oct 2019 14:20:55 +0200 https://ciclic.fr/actualites/14e-edition-des-mille-lectures-d-hiver actualites Rencontre-lecture avec Antoine Dufeu, Daniel Foucard et Hugues Jallon https://ciclic.fr//actualites/rencontre-lecture-avec-antoine-dufeu-daniel-foucard-et-hugues-jallon <p class="chapo">Antoine Dufeu, auteur associé à l'ÉSAD Orléans de janvier à juin 2019, invite Daniel Foucard et Hugues Jallon pour une lecture-rencontre, suivie d'une discussion entre les auteurs. Cette soirée est organisée <span>avec le soutien de</span> Ciclic Centre-Val de Loire.</p><div>Daniel Foucard lira des extraits de son dernier livre&nbsp;<em>Seule</em>&nbsp;(Inculte, 2018) ainsi qu'un extrait de son prochain texte,&nbsp;<em>Space Cake</em>.<br />Hugues Jallon lira&nbsp;<em>Hélène ou le soulèvement</em>&nbsp;(Verticales, 2019).</div><div><blockquote><p>L'École supérieure d'art et de design (ESAD) d'Orléans a accueilli de janvier à juin 2019, Antoine Dufeu pour un projet artistique et culturel intitulé&nbsp;<em>Propédeutique de la joie (essais et tests).</em>&nbsp;Durant six mois,&nbsp;l'écrivain, dramaturge et théoricien, poursuit l'écriture de son livre, qui se propose de traiter de la joie sous le titre provisoire&nbsp;<em>Allegria</em>.&nbsp;Cette soirée est organisée dans le cadre de ce projet de création soutenu par Ciclic.</p></blockquote><p><strong>Daniel Foucard</strong> a commencé par publier dans des revues dont&nbsp;<em>L’Imbriaque</em>,&nbsp;<em>Nioques</em>,&nbsp;<em>Perpendiculaire</em>&nbsp;(qui présente une bonne partie de son premier roman&nbsp;<em>Peuplements</em>&nbsp;dans son numéro 9) et&nbsp;<em>Evidenz</em>.<br />Il participe dès lors à de nombreux projets collectifs qu’il regroupe sous la désignation d’activité « Off Shore » tout en écrivant des livres où il développe des formes romanesques hybrides entre polar et science-fiction de façon à « embarquer le lecteur, un talent pas si courant, auquel on cède sans marchander plaisir intellectuel et plaisir tout court ».<br />L’univers machinique de Daniel Foucard l’entraîne à décrire souvent son écriture comme un « encodage » se nourrissant de culture visuelle. Il a publié de nombreux livres aux éditions Léo Scheer, collection Laureli, puis dans la même collection, aux éditions inculte, dont&nbsp;<em>Nudism</em>, en 2013 et&nbsp;<em>Seule</em>, en 2018. [source : <a href="https://inculte.fr/produit/seule/" target="_blank">éditions Inculte</a>]</p><p>Né en 1970 à Bordeaux, diplômé en sciences politiques, <strong>Hugues Jallon</strong> a été directeur éditorial de La Découverte pendant dix ans, puis conseiller pour le développement éditorial du Seuil et P-DG de La Découverte en 2014, avant d’être nommé à la direction du Seuil en avril 2018. Il est l’auteur de quatre fictions :&nbsp;<em>La Base. Rapport d’enquête sur un point de déséquilibre en haute mer&nbsp;</em>(Le Passant, 2004) et, aux éditions Verticales,&nbsp;<em>Zone de combat</em>&nbsp;(2007),&nbsp;<em>Le début de quelque chose&nbsp;</em>(2010) et&nbsp;<em>La conquête des cœurs et des esprits</em>&nbsp;(2015). [source : <a href="http://www.editions-verticales.com/fiche_ouvrage.php?id=425&amp;rubrique=3" target="_blank">éditions Verticales</a>]</p></div><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/37621732-33154686.jpg?itok=ij5M2YNc"/> Thu, 03 Oct 2019 11:05:36 +0200 https://ciclic.fr/actualites/rencontre-lecture-avec-antoine-dufeu-daniel-foucard-et-hugues-jallon actualites Salon du livre des Rendez-vous de l’histoire https://ciclic.fr//actualites/salon-du-livre-des-rendez-vous-de-l-histoire-3 <p class="chapo">Les Rendez-vous de l’histoire rassemblent chaque année pendant quatre jours plus de 45 000 amateurs et passionnés d’histoire. Pour cette 22e édition c'est autour du thème « L'Italie », que le festival orientera débats et de conférences, sous la présidence de Teresa Cremisi, éditrice, ancienne PDG du groupe Flammarion et auteure.</p><blockquote>1 000 intervenants / 600 conférences et débats / 200 éditeurs présents / 300 auteurs en dédicace / 45 000 festivaliers / un salon du livre / le cycle cinéma - 60 films / des cafés et des diners historiques / des expositions / des concerts / des spectacles.</blockquote><p><strong>Sous la présidence de la journaliste et écrivaine italienne, Andrea&nbsp; Marcolongo, l</strong><strong>e Salon du livre d’histoire se déroule du vendredi 11 au dimanche 13 octobre, avec plus de 200 éditeurs présents, et un très grand nombre d’auteurs dont plus de 300 en dédicace.</strong></p><p>Le salon de livre d’histoire est une librairie de 2800 m2&nbsp;et l’un des temps forts des Rendez-vous de l’histoire. L’occasion pour les éditeurs, libraires, instituts de recherche ou sociétés savantes de présenter leurs livres d’histoire et de valoriser leurs auteurs et pour les lecteurs devenus des visiteurs curieux le temps d’un festival, c’est le moyen de rencontrer les écrivains qui font – ou ont fait – l’actualité du livre d’histoire, et de l’histoire dans son sens le plus large.&nbsp;</p><p><strong>Seront présents :</strong>&nbsp;Benjamin BRILLAUD - Charlotte CASTELNAU DE L'ESTOILE - Guillaume CALAFAT - Myriam COTTIAS - Hélène DUMAS - Bruno DUMÉZIL - Arlette FARGE - Michaël FOESSEL - Dan FRANCK - Claude GAUVARD - Christian GRATALOUP - Paulin ISMARD - Jonathan ISRAEL - Ivan JABLONKA - Laurent JOFFRIN - Mathilde LARRÈRE - Xavier MAUDUIT - Isabelle MONS - Caroline MULLER - Gérard NOIRIEL - Héla OUARDI - Michèle RIOT-SARCEY - Jean-Noël SCHIFANO - Jean SELLIER - Marcello SIMONETTA - Anne-Marie THIESSE - Alberto TOSCANO -&nbsp; Clémentine VIDAL-NAQUET - Charles-Eloi VIAL - Nathan WACHTEL -&nbsp; Annette WIEVIORKA - Michel WINOCK <br />et bien d'autres...</p><p>À découvrir également le<strong>&nbsp;12e</strong>&nbsp;<strong>salon du livre ancien</strong>, installé sur la place Jean-Jaurès, un village de chalets accueille des libraires d'ancien venus présenter leurs beaux livres et ouvrages rares en histoire.&nbsp;</p><p>Durant trois jours, des conférences, des rencontres, des&nbsp;cafés littéraires, des&nbsp;présentations d’ouvrages, des grands entretiens... vous sont proposés autour des livres et des auteurs qui font l'actualité de l'édition en Histoire.</p><p><strong>Les grands entretiens :<br /></strong></p><ul><li>Pascal PICQ&nbsp;</li><li>Philippe DESCOLA&nbsp;</li><li>Claire SOTINEL et Catherine VIRLOUVET&nbsp;</li><li>Michelle PERROT&nbsp;</li><li>Francesca MELANDRI&nbsp;</li><li>Timothy BROOK</li></ul><p><strong>&gt; Cafés littéraires et rencontres :</strong></p><ul><li>La naissance du handisport (TP) avec Valentine GOBY et Marie-Amélie LE FUR&nbsp;</li><li>Italie : une histoire intime avec Jean-Paul KAUFFMANN et Jacques DE SAINT-VICTOR&nbsp;</li><li>Le Chemin des femmes avec Michelle PERROT Le bleu de l’Italie avec Michel PASTOUREAU&nbsp;</li><li>Générations historiennes avec Emmanuel LAURENTIN (modérateur), Jean-François SIRINELLI, Yann POTIN, Jacques REVEL, Claude GAUVARD, Guillaume CALAFAT, Bibia PAVARD, Raphaëlle BRANCHE et Pascale GOETSCHEL&nbsp;</li><li>Le roman noir de l’histoire avec Didier DAENINCKX et Patrick BOUCHERON&nbsp;</li><li>Les dictatures incarnées avec Olivier GUEZ, François-Guillaume LORRAIN, Bernard BAJOLET et Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON&nbsp;</li><li>Histoire des peuples d‘Amérique avec Carmen BERNAND&nbsp;</li><li>Le Coran des historiens avec Mohammad Ali AMIR-MOEZZI, Guillaume DYE et Muriel DEBIÉ&nbsp;</li><li>Sapiens à l’oeil nu avec François BON, François-Xavier FAUVELLE et Anne-Rose de FONTAINIEU&nbsp;</li><li>L'Italie, mère de toutes les cultures avec Dominique FERNANDEZ et Danièle SALLENAVE&nbsp;</li><li>La fabrique d’un atlas avec Christian GRATALOUP, Patrick BOUCHERON, Héloïse KOLEB&nbsp;</li><li>Nota Bene. Petites histoires, grands destins ? avec Mathieu MARIOLLE et Benjamin BRILLAUD</li></ul><p><strong>De nombreux prix littéraires sont également décernés, mettant à l’honneur le roman, l’essai scientifique et la bande dessinée :</strong></p><ul><li>Le&nbsp;<strong>Prix du roman historique</strong>, récompense l’auteur d’un roman historique destiné aux adultes. Ce prix sera décerné au lauréat<strong>&nbsp;le vendredi 11 octobre&nbsp;à 18h30</strong> (Salle Lavoisier du Conseil départemental), la cérémonie sera suivie d'un cocktail.Ciclic Centre-Val de Loire est partenaire depuis de nombreuses années des Rendez-vous de l’histoire, où elle propose</li><li>Le&nbsp;<strong>Grand Prix des Rendez-vous de l’histoire</strong>, destiné à récompenser un ouvrage en langue française ayant contribué de façon remarquable au progrès de la recherche historique et/ou à sa diffusion, toutes périodes confondues. Lauréat 2019 :&nbsp;<strong style="font-family: Arial, Helvetica, sans-serif;">Michael Lucken</strong><span style="font-family: Arial, Helvetica, sans-serif; font-weight: bold;">,</span><strong><em style="font-family: Arial, Helvetica, sans-serif; font-weight: bold;">&nbsp;Le Japon grec. Culture et possession</em></strong><span style="font-family: Arial, Helvetica, sans-serif;"><strong>,</strong> Éditions Gallimard.&nbsp;</span>Remise du prix&nbsp;<strong>le samedi 12 octobre à 18h30</strong>, hémicycle de la Halle aux Grains, suivie du débat proposé par la revue<em> L'histoire</em>.<em><br /></em></li><li>Le&nbsp;<strong>Prix du noir historique</strong>, proposé par Agglopolys, il récompense l'auteur d'un roman noir publié dans l'année et offrant une vision forte et originale de l'histoire. Remise du prix le&nbsp;<strong>samedi 12 octobre à 19h</strong>&nbsp;au café littéraire, à l'issue de la rencontre "Le noir de l'histoire", avec Didier DAENINCKX et Patrick BOUCHERON.</li><li>Le&nbsp;<strong>Prix du roman historique jeunesse</strong>, trois sélections, quatre livres en compétition par niveau, et le vote de plus de 1500 élèves – de la 6e à la 2nde, qui récompense :&nbsp;<br />Sophie DE MULLENHEIM, <em>Pierrot et Miette, héros des tranchées</em> (Fleurus) – CM/6e<br />Gwenaëlle BARUSSAUD, Léo, Mon secret est une chance (Rageot) – Sélection 5e /4e <br />Hélène MONTARDRE, <em>Marche à l’étoile</em> (Rageot) – Sélection 3e /2nde » <br />Remise du prix le <strong>samedi 12 octobre à 15h15</strong>, Espace jeunesse du salon du livre. En ouverture, rencontre-débat avec les auteurs lauréats</li><li>Le&nbsp;<strong>Prix Château de Cheverny de la bande dessinée historique</strong>, récompense le ou les auteur(s) d'une bande dessinée dont la qualité du scénario, la valeur du dessin ainsi que le sérieux de la reconstitution historique auront été appréciés. Remise du prix le s<strong>amedi 12 octobre à 11h30</strong>, Bibliothèque Abbé-Grégoire.</li><li>Le&nbsp;<strong>Prix Anthony Rowley</strong>, couronne un ouvrage portant sur l'histoire de l'alimentation, et notamment tout ce qui touche aux plaisirs de la table en France et dans le monde. Avec le soutien d'Agglopolys. Remise du prix&nbsp;<strong>le samedi 12 octobre à 11h30,</strong>&nbsp;Amphi3 de l'Université, avant la table ronde proposée par l'IEHCA "La cuisine italienne à la conquête du monde. Hier et aujourd’hui".</li><li>Le&nbsp;<strong>Prix Augustin Thierry</strong>, créé par Baptistine Augustin-Thierry, il récompense un ouvrage d'histoire contemporaine. Prix coup de cœur de l’équipe des Rendez-vous de l’histoire. Ce prix sera décerné pendant le festival.</li></ul><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/rdv_de_lhistoire.jpg?itok=gP3m7w4t"/> Wed, 02 Oct 2019 17:43:06 +0200 https://ciclic.fr/actualites/salon-du-livre-des-rendez-vous-de-l-histoire-3 actualites Participez aux auditions du parlement de Loire #1 https://ciclic.fr//actualites/participez-aux-auditions-du-parlement-de-loire-1 <p class="chapo">Et si, pour la première fois en Europe, un fleuve avait la possibilité de s’exprimer et de défendre ses intérêts à travers un système inédit de représentation ?&nbsp;</p><p>Animée par l’écrivain et juriste Camille de Toledo, la commission pour la création d’un parlement des humains et non-humains reliés au fleuve vous invite à suivre son travail d’enquête. Prenez part aux auditions et venez enrichir ce projet d’anticipation. Ces auditions mettent en acte une recherche collective pour impliquer les non-humains dans un parlement reconfiguré et étendu à la faune, la flore, les bancs de sable, les masses d’eau et l’ensemble des composantes de la Loire.</p><p><strong>Les auditions en vue de la création de ce&nbsp;<em>parlement de Loire</em>&nbsp;commencent le 19 octobre 2019 en présence du philosophe Bruno Latour, de la chercheure&nbsp;et&nbsp;metteure-</strong><strong>en-scène</strong>&nbsp;<strong>Frédérique Aït-Touati, de l'architecte paysagiste Bruno Marmiroli et de l'archéologue Virginie Serna. Elles se poursuivront jusqu’à la fin du printemps 2020.</strong></p><p class="accroche">Vers une personnalité juridique de La Loire<br />Vers un parlement du fleuve<br /><small>par Camille de Toledo, auteur associé aux auditions du parlement de Loire</small></p><h2>AUDITIONS ① principes d'un parlement</h2><p>► Représentativité du vivant, liens entre droit et épistémologie, expression des non-humains</p><p>Auditionné.e.s :</p><ul><li><strong>Bruno Latour</strong>, sociologue, anthropologue et philosophe des sciences&nbsp;</li><li><strong>Frédérique Aït-Touati</strong>, chargée de recherche (CNRS et SPEAP, master d’expérimentation en arts politiques), metteure en scène (Cie Zone Critique), historienne&nbsp;</li><li><strong>Virginie Serna</strong>, archéologue, conservatrice en chef du Patrimoine, chargée de mission au ministère de la culture&nbsp;</li><li><strong>Bruno Marmiroli</strong>, architecte paysagiste, directeur de la Mission Val de Loire</li></ul><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/c-bruno-marmiroli-bandeau-1024x246.jpg?itok=zIiAN3on"/> Thu, 26 Sep 2019 16:15:45 +0200 https://ciclic.fr/actualites/participez-aux-auditions-du-parlement-de-loire-1 actualites Table ronde "Premier roman" avec Philippe Krhajac https://ciclic.fr//actualites/table-ronde-premier-roman-avec-philippe-krhajac <p class="chapo">Dans le cadre de sa résidence au Théâtre de Chartres, l'<span>'auteur et acteur</span><span>&nbsp;</span>Philippe Krhajac vous invite à une table ronde autour du Premier roman. Pour l'occasion il s'entoure de trois auteurs de premiers romans comme lui, Hector Mathis, Camille Zabka et Jadd Hilal. Une rencontre animée par&nbsp;<span>Olivier L’Hostis, directeur de la librairie L’Esperluète et</span>&nbsp;soutenue par Ciclic Centre-Val de Loire. &nbsp;</p><p>Ces quatre auteurs se confieront sur leur première expérience, avec tout ce que ces débuts emportent d’énergie et&nbsp;d’étonnements, entre l’envie de tout donner et le doute de la légitimité de l’écrivain.&nbsp;</p><p style="text-align: justify;">Avec la poésie radicale des marges d’Hector Mathis&nbsp;(<em>K.O.</em>, chez Buchet-Chastel), la tendresse d’un&nbsp;homme et d’un père incarcéré de&nbsp;Camille Zabka&nbsp;(<em>Celle qui attend</em>, L’iconoclaste), et les quatre&nbsp;femmes d’un Proche-Orient déchiré de&nbsp;Jadd Hilal&nbsp;(<em>Des ailes au loin</em>, chez Elyzad).</p><div><div class="info_ligne" style="text-align: justify;"><span style="text-align: justify;">Le premier roman de Philippe Krhajac,&nbsp;</span><em style="text-align: justify;">Un dieu dans la poitrine - Une vie minuscule</em><span style="text-align: justify;">&nbsp;(Flammarion et Gallimard) est l’histoire d’un enfant abandonné qui va d’orphelinats en familles&nbsp;d’accueil, traversant les années 70 et 80 d’une France aussi bousculée que sa vie. Une épopée où la&nbsp;poésie de l’auteur et sa fureur de vivre l’emportent sur la folie ordinaire.</span></div><div class="info_ligne" style="text-align: justify;"><span style="text-align: justify;"><br /></span></div><blockquote><div class="info_ligne"><span style="text-align: justify;"><span>Jusqu'en décembre 2019, Philippe Krhajac est auteur associé au</span>&nbsp;Théâtre de Chartres, en partenariat avec la librairie L'Esperluète. Durant cinq mois, il partage son temps entre création artistique et rencontres avec le public.&nbsp;Ce projet est soutenu par Ciclic grâce au dispositif "auteur associé".</span></div></blockquote><div class="info_ligne" style="text-align: justify;"><span style="text-align: justify;"><br /></span></div><div class="info_ligne"><span style="text-align: justify;"><br /></span></div></div><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/montage_table_ronde.jpg?itok=2OG15n6D"/> Wed, 18 Sep 2019 16:57:58 +0200 https://ciclic.fr/actualites/table-ronde-premier-roman-avec-philippe-krhajac actualites Mille lectures autrement près de chez vous à l'automne 2019 https://ciclic.fr//actualites/mille-lectures-autrement-pres-de-chez-vous-l-automne-2019 <p class="chapo">Dédié à l'écoute collective d'une lecture originale, dans une ambiance de partage et de convivialité,&nbsp;<strong><em>mille lectures autrement</em></strong>&nbsp;permet d'explorer deux parcours thématiques, l'un autour de la littérature d'un pays étranger, cette année la Grèce, l'autre autour de l'oeuvre d'un auteur, Annie Ernaux.&nbsp;Avec&nbsp;<em>mille lectures autrement</em>, les bibliothèques, communales et intercommunales, ainsi que tout établissement intéressé par cette initiative, vous permettent de prolonger l'écoute et la partage de la littérature d'aujourd'hui. &nbsp;</p><div><blockquote><h3>Parcours dans l'œuvre de Annie Ernaux<br /><em>Lecture par Coraline Cauchi</em></h3></blockquote><div class="WordSection1"><p><em>Sauver quelque chose du temps où l’on ne sera plus jamais</em>.&nbsp; [<em>Les années</em> – Gallimard]</p><p><img src="http://livre.ciclic.fr/sites/default/files/annie_ernaux_photo_catherine_helie_c_editions_gallimard2_0.jpg" width="250" height="189" style="float: left; margin: 10px;" class=" image-gauche" />Issue d’un milieu social modeste, <strong>Annie Ernaux</strong> passe son enfance en Normandie. Elle devient professeure agrégée de lettres modernes. Ses trois premiers romans <em>Les Armoires vides</em>, <em>Ce qu’ils disent ou rien</em> et <em>La femme gelée</em>, publiés entre 1974 et 1981, annoncent le caractère autobiographique de son œuvre. Ils seront suivis de récits parmi lesquels <em>La place</em>, <em>Passion simple</em>, <em>La honte</em>, <em>Les années</em>, <em>Mémoire de fille</em>.</p><p>Dans <em>Retour à Yvetot</em>, transcription d’une conférence faite en 2012, Annie Ernaux confiait&nbsp;: " les livres ont donc constitué très tôt le territoire de mon imaginaire, de ma projection dans des histoires et des mondes que je ne connaissais pas. Plus tard, j’y ai trouvé le mode d’emploi de la vie, un mode d’emploi auquel j’accordais beaucoup plus de confiance qu’au discours scolaire ou au discours de mes parents. J’étais encline à penser que la réalité et la vérité se trouvaient dans les livres, dans la littérature."</p><p>Annie Ernaux inscrit ses récits de l’intime dans une démarche sociologique où se mêlent mémoire individuelle et mémoire collective. La lectrice Coraline Cauchi invite à une traversée sensible de cette œuvre remarquable.&nbsp;</p></div></div><div><blockquote><h3>Parcours dans la littérature grecques<br /><em>Lecture par Richard Graille</em></h3></blockquote><p>Alors que la Grèce connaît une situation économique difficile, la culture est bouillonnante et la littérature en effervescence. À la fois imprégnée de ce <img src="http://livre.ciclic.fr/sites/default/files/2_-_habitations_pre-selection.jpg" width="230" height="154" style="float: right; margin: 10px;" class=" image-droite" />présent douloureux, l’écriture fictionnelle et poétique grecque est tout autant inventive qu’audacieuse. Le lecteur Richard Graille propose un parcours singulier, une odyssée dans la littérature grecque de notre temps à travers un montage de textes.</p><p><strong><em>&gt;&nbsp; La destruction du Parthénon</em></strong> de <strong>Christos Chryssopoulos</strong>, traduction Anne-Laure Brissac, éditions Actes Sud, 2012.</p><p>Objet littéraire singulier, ce roman ouvre le champ de réflexion sur l'art et la ville, l'histoire et l'identité, la justice et le sacré.<br />Né en 1968, Christos Chryssopoulos est l'un des écrivains les plus prolifiques et originaux de sa génération. Il est aussi essayiste, traducteur et membre du Parlement culturel européen.</p><p><strong><em>&gt;&nbsp; Trois jours</em></strong> de <strong>Petros Markaris</strong>, traduction Loïc Marcou, Michel Volkovitch et Hélène Zervas, éditions Seuil, 2019.</p><p>Petros Markaris fustige l’état de la société au fil des énigmes et des investigations. Il y déploie son talent de conteur, d’observateur attentif de son époque, de commentateur incisif et lucide, et révèle son hypersensibilité à la question des migrants et de "l'étranger".<br />Né en 1937 à Istanbul, Petros Markaris est aussi auteur dramatique, scénariste de Theo Angelopoulos et traducteur.</p><p><strong><em>&gt;&nbsp; Ça va aller, tu vas voir</em></strong> de <strong>Christos Ikonomou</strong>, traduction Michel Volkovitch, éditions Quidam, 2016.</p><p>Christos Ikonomou fait entendre dans ce livre prophétique une voix familière et solennelle exprimant autant l'espoir que l'ironie, "le Faulkner grec...pour la plus bouleversante chronique de la crise économique" d’après <em>La Repubblica</em>.<br />Né à Athènes en 1970, Christos Ikonomou est aussi journaliste et l’un des écrivains grecs les plus traduits à l’étranger.</p><p><strong><em>&gt;&nbsp; Poètes grecs du 21e siècle</em></strong>, traduction Michel Volkovitch, éditions Le miel des anges, 2013 et 2017.</p><p>Écrivain et traducteur, Michel Volkovitch invite, avec sa maison d’édition Le miel des anges, à découvrir la poésie grecque, « l'une des plus riches du monde et l'une des principales richesses de son pays - peu monnayable, hélas ».</p></div><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/mla2019.jpg?itok=rg1q2_Hx"/> Wed, 18 Sep 2019 16:30:15 +0200 https://ciclic.fr/actualites/mille-lectures-autrement-pres-de-chez-vous-l-automne-2019 actualites Petit déjeuner des éditeurs de régionalisme https://ciclic.fr//actualites/petit-dejeuner-des-editeurs-de-regionalisme <p class="chapo">Ciclic vous propose de venir à la découverte des éditeurs indépendants de la région Centre-Val de Loire, dès le petit déjeuner ! &nbsp;Pour ce nouveau rendez-vous du cycle "Petits déjeuners des éditeurs", c'est le régionalisme qui est mis à l'honneur à Châteauroux.&nbsp;L'objectif :&nbsp;valoriser auprès des professionnels du livre la richesse et la diversité des productions éditoriales des maisons d'édition implantées en région Centre-Val de Loire.</p><p>Cet évènement, co-organisé avec la Bibliothèque départementale de l'Indre, vous offre la possibilité de rencontrer trois maisons d'édition ayant pour thématique le régionalisme,<strong>&nbsp;La Bouinotte</strong>,<strong> Ella Éditions</strong>&nbsp;et<strong>&nbsp;Les Nouvelles Éditions Sutton</strong>.&nbsp;Chaque éditeur présente sa ligne éditoriale, ses nouveautés et titres emblématiques de son catalogue avant que la rencontre ne donne place à des échanges plus conviviaux, le tout autour d'un café et viennoiseries...&nbsp;</p><p>Bibliothécaires, libraires, éditeurs, documentalistes, organisateurs de manifestation littéraire, auteurs, médiateurs ou futurs médiateurs du livre, venez rencontrer des éditeurs du Centre-Val de Loire et découvrir leurs nouveautés !</p><div><ul><li><strong>Les Nouvelles Éditions Sutton</strong>&nbsp;<small>- Tours (37)</small><br /><div><div>Les Nouvelles Éditions Sutton ont gardé leur ligne éditoriale historique, publiant principalement des ouvrages d’histoire locale, régionale ou nationale.</div><div>&nbsp;</div></div></li><li><strong><strong>Ella Éditions&nbsp;<strong><strong>-</strong></strong>&nbsp;<small>Lèves (28)</small><strong><strong><br /></strong></strong></strong></strong><div>Publications d’écrivains vivant en région Centre-Val de Loire, Vendée et Languedoc-Roussillon ou d’ouvrages relatifs à ces secteurs. Révéler des talents régionaux, les promouvoir auprès d’éditeurs nationaux à terme.<br /><br /></div></li><li><strong>La Bouinotte&nbsp;</strong>-&nbsp;<small>Châteauroux (36)</small><strong><strong><br /></strong></strong><div>Établie dans le Berry, La Bouinotte se propose de faire découvrir cette région et les territoires du centre de la France à travers romans, essais et ouvrages thématiques. Elle développe trois collections : “lignes de vie” (biographies et autobiographies), “Black Berry” (romans policiers) et “Berry en poche” (guides touristiques et patrimoniaux.)</div></li></ul></div><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/test_petit_dejregionalisme2.jpg?itok=bhooAMmh"/> Sun, 15 Sep 2019 10:05:29 +0200 https://ciclic.fr/actualites/petit-dejeuner-des-editeurs-de-regionalisme actualites Exposition "Tête à Tête" de Natali Fortier https://ciclic.fr//actualites/exposition-tete-tete-de-natali-fortier <p class="chapo">Du 3 au 24 septembre 2019, la médiathèque de l'AME vous invite à découvrir l'exposition "Tête à Tête" de l'illustratrice Natali Fortier, proposée dans le cadre sa résidence d'auteur à Montargis.&nbsp;</p><blockquote><p>De septembre 2019 à janvier 2020, Natali Fortier est accueillie en résidence d'auteur par la médiathèque de l'AME, avec le soutien de Ciclic.&nbsp;<br />Mardi 3 septembre à 18h, Natali Fortier sera présente à la médiathèque pour le lancement de sa résidence et le vernissage de l'exposition.&nbsp;</p></blockquote><p><em>« C’est un jeu de têtes et de corps à assembler sans cesse.</em><br /><em>Toutes sortes de têtes avec des tas de caractères et d’expressions différentes.</em><br /><em>J’en ai fabriqué des dizaines, de la tête de moineau à l’homme furieux.</em><br /><em>Les visiteurs choisissent une drôle de distribution des rôles.</em><br /><em>Tout bouge, tout le temps.</em><br /><em>Tout autour, iI y a les panneaux de bois avec des personnages peints avec des trous à la place de la tête.</em><br /><em>Là, ce sont les spectateurs qui deviennent acteurs en posant délicatement, la leur (de tête),</em><br /><em>dans ces petites scènes de vie… »</em>&nbsp;<br />Extrait du site natalifortier.autoportrait.com</p><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/tete_a_tete_1.jpg?itok=-QDax9Jt"/> Mon, 02 Sep 2019 09:47:32 +0200 https://ciclic.fr/actualites/exposition-tete-tete-de-natali-fortier actualites Camille de Toledo, auteur associé au POLAU (37) https://ciclic.fr//vie-du-livre/projets-d-auteurs/les-auteurs-soutenus-cette-saison/camille-de-toledo-auteur-associe-au-polau-37 <p class="chapo">Le POLAU-pôle arts &amp; urbanisme et ses partenaires co-conçoivent un projet ambitieux visant à la constitution d’un parlement des êtres vivants et non vivants du fleuve Loire. Il s’agit d’imaginer la représentation d’un phénomène complexe comme la Loire à l’ère de l’anthropocène, de s'interroger sur la représentativité du vivant et du non-vivant, et d’envisager la possibilité d'attributions de personnalité morale et juridique à des entités naturelles.<br />Considérant que le processus de conception du Parlement est au moins aussi fertile que les séances parlementaires elles-mêmes, une première phase du projet, co-conçue avec Camille de Toledo, auteur associé au POLAU-pôle arts &amp; urbanisme d'octobre 2019 à mai 2020 avec le soutien de Ciclic, est consacrée à la mise en scène et en public de la conception du Parlement.<span style="font-size: 14.69px;"></span></p><h3 class="accroche"><strong>La constitution d'un parlement de la Loire<br /></strong></h3><p>Une poignée de journées jalonnent ce processus et permettent d’auditionner en public des personnes ressources pour imaginer la forme, le fonctionnement, la localisation, les attributions (etc.) du futur Parlement.</p><p>Camille de Toledo suit et conçoit avec le POLAU cette première année constitutive d'un parlement et propose une création littéraire autour de cette aventure, des questions brassées, des réponses ébauchées et des expériences vécues.</p><p>Le principe général du parlement de Loire consiste à postuler la création réelle d’un parlement sans postutler a priori les formes qu’il prendra. Le processus en cours, qui mène à la création de ce parlement et qui demande de rassembler de nombreux acteurs est en lui-même un support de création et de diffusion. <br />L’ensemble du processus de rencontres et d’auditions qui mèneront à la création d'un Parlement sera mis en public et constituera la matière autant que la médiation du projet d’écriture de Camille de Toledo.<br />Ce processus sera jalonné de trois journées d’auditions publiques, d’une journée de synthèse mais également de nombreux temps de travail et d’écriture. Les journées seront éditorialisées, thématisées, scénographiées et mises à disposition du public (vidéos, son, séances ouvertes). Un groupe de partenaires formera la commission de préfiguration du parlement, présente lors des journées.</p><p>L’auteur associé, à l’origine de ce format des « Auditions du Parlement », est en résidence au POLAU, afin de suivre les auditions, de proposer des narrations associées et d’ébaucher son projet d’ouvrage : <em>De la rivière Wanganui au Parlement de la Loire</em>.<br />Témoin de l’ensemble de ce « processus constituant », Camille de Toledo documente, complète, met en forme ce projet littéraire, juridique, philosophique et politique. <br />Son projet d’écriture est intimement lié à la conception des auditions, et aux autres moyens de les accompagner, documenter, augmenter, partager... L’ensemble des auditions et de leur synthèse, conçu avec l’auteur, constitue un temps culturel d’ampleur qui permet la rencontre entre les préoccupations intellectuelles contemporaines entre le droit et la littérature, les professionnels du fleuve (EP Loire, mission Val de Loire Patrimoine mondial, etc.) et le grand public.</p><p>La résidence aboutit à une production littéraire qui, selon le format, sera éditée ou mise à disposition dans sa version temporaire sous la forme d’un « Carnet du POLAU ». Une journée de synthèse, pérvue en mai 2020, est également un évènement important, où le public est invité à pénétrer la littérature de Camille de Toledo dans ses dimensions juridiques et philosophiques.<br /><br />Enfin, « les auditions du Parlement » suscitant un intérêt important auprès de nombreux partenaires scolaires et universitaires, différents formats intermédiaires (workshop, journée de préfiguration du parlement, ateliers d’écriture de la parole du nonhumain…) seront proposés avec, notamment, le Lycée Paul-Louis Courier et l'Université François Rabelais de Tours ou l’École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois.</p><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/de_toledo_camille_cfrancesca_mantovani_-_gallimard_2017.jpg?itok=0xuHtYDb"/> Mon, 22 Jul 2019 16:51:26 +0200 https://ciclic.fr/vie-du-livre/projets-d-auteurs/les-auteurs-soutenus-cette-saison/camille-de-toledo-auteur-associe-au-polau-37 actualites #4 Publics empêchés – Récits de la 12e édition des mille lectures d'hiver https://ciclic.fr//actualites/4-publics-empeches-recits-de-la-12e-edition-des-mille-lectures-d-hiver <p class="chapo">À l'issue de la 12e édition des mille lectures d'hiver, les quarante-cinq comédiens-lecteurs ont rendu compte de leurs tournées de lectures. De ces cinq-cents rendez-vous autour de la litérature, ils ont fait le récit. Puis Ciclic a confié l'ensemble de ces textes à Aurélien Lemant lui demandant d'éditorialiser ces «&nbsp;carnets de route&nbsp;». Aurélien Lemant est écrivain, metteur en scène, comédien et fut lui-même l’un des comédiens-lecteurs des mille lectures d’hiver, c'est dire s'il connaît l'aventure !&nbsp;&nbsp;</p><h2><strong>ÉPISODE 4</strong></h2><p style="text-align: right;">-&nbsp;<strong><em>A part ce livre, vous n’avez rien d’autre sur vous ? Passez-le dans la machine.</em></strong></p><p>On croirait entendre Ferré. Poète, vos papiers&nbsp;! Mais ça n’est pas une image. C’est ce que le maton dans le sas de la maison d’arrêt demande au lecteur public, avant de lui faire franchir le portillon qui le verra entrer en prison. On scanne tout ce qui déborde. Ce que le gardien ne sait pas, c’est que c’est la machine qui va passer dans le livre. Dans une trentaine de minutes à peine, le livre sera la seule machinerie qui soit. Il contiendra toute la Terre, toute la vie et le centre pénitencier lui-même sera dedans. Ce livre, c’est un plan d’évasion. La clef, la pioche, l’hélicoptère, le complice, la planque, la famille. Tout y est. Voilà ce qui peut arriver lorsque les Mille Lectures vont en prison.</p><p><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Public captif&nbsp;</em></strong><strong>»</strong>. Cette expression, qu’on associe plus souvent au suspense d’une séquence de cinéma, est ici employée par Cécile pour témoigner de sa propre expérience en milieu difficile, ou différent&nbsp;; expression qui peut convenir à toutes les situations où des gens sont maintenus, pour leur bien-être, ou celui de la société, beaucoup plus rarement des deux ensemble, à l’intérieur d’un microcosme immobilier à l’écart du reste du monde. Contre leur gré ou sur leur demande propre. Nous parlons de ceux qui n’ont plus leurs deux pieds dans l’exacte réalité que nous croyons tous partager.</p><p>On est en milieu hospitalier. Richard, pas plus que les autres lecteurs des Mille, ne choisit les lieux où il va lire, ni les publics qu’il va saluer. Il ne peut refuser d’aller çà ou là, une fois reçue sa feuille de route, et de toute façon il sait aussi qu’il a signé pour se rendre partout où on l’appelle et l’attend, il y a pris goût, comme à peu près tous ses collègues. Richard dit&nbsp;: <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>Le titre du livre fait peur à mon hôte qui décide de ne pas le communiquer aux patients de l’hôpital souffrant de troubles psychiques.&nbsp;</em></strong><strong>» </strong>Ça ne change rien. Parce qu’il les respecte, il leur dira dès le départ que ça s’appelle <em>Sort l’assassin, entre le spectre</em>. Et il aura plus peur qu’eux, c’est toujours comme ça que ça se passe.</p><p>Bénédicte&nbsp;connaît la chanson et ses turpitudes. Elle dit&nbsp;:<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Mon accueillante est médiatrice culturelle et, à ce titre, manifeste les réticences habituelles dans son métier : elle est ravie d'accueillir ses amis pour une lecture, mais dans son travail, ce serait quand même bien de pouvoir choisir le livre : il faut que ce soit adapté, quand même ! C'est connu, nous, les professionnels, nous savons mieux ce qu'il faut pour nos publics défavorisés...&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em> </em></strong>ajoute-t-elle, dans une ironie mêlée de lassitude. Car, on l’a déjà souligné plus tôt, c’est contraire au principe des Mille Lectures d’Hiver. Ne pas se faire condescendant face à une assistance que l’on ne connaît pas, formée de tant et plus de subjectivités curieuses et affamées, ouvertes, patientes, peut-être méfiantes, oui, aussi. Mais jamais là où l’on croirait.<strong><em> &nbsp;</em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Je suis un peu méchante en écrivant ça, alors que c'est pétri d'une si noble pensée ! Je témoigne de toutes les expériences lors des Mille Lectures, en maison de retraite, en service psychiatrique, en prison, en centre de formation, en lycée professionnel, en foyer de vie, qui sont la preuve bienheureuse du contraire de ce qu'elle pense, mais c'est difficile de lutter contre une croyance si fortement appuyée sur la bonne conscience.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong></p><p>Captif, retenu, ou entre deux portes, ce public varié porte parfois un autre nom, qui pourrait sombrer dans la périphrase, la circonvolution des circonlocutions admissibles, mais ce nom sue pourtant à grandes eaux une poésie des plus visibles, tant le mot suggère le geste qui s’ébauche et que l’on écrase&nbsp;: <strong>«&nbsp;<em>Un tel appétit de culture, une telle envie de parler de l'art m'ont rarement autant frappée que ce soir&nbsp;</em>»</strong> avoue Nathalie,<strong><em> </em>«<em>&nbsp;devant ce groupe de gens qu'on qualifie souvent dans les milieux culturels de "publics empêchés". Je me suis souvent demandé pourquoi cet adjectif, peut-être par ce que la société ne va pas assez vers eux ? Mais cette envie de culture que je sens chez la plupart des auditeurs confirme cet adjectif, quand on est "empêché", souvent on développe une envie profonde et irrépressible de ce à quoi on nous empêche d'accéder.</em>&nbsp;»</strong></p><p>On avait parlé de pêche miraculeuse un peu plus tôt. Il faut à présent désempêcher. Aller trouver ce public là où il est. Il vous espère. En tous lieux.</p><p>A l’hôpital, comme le&nbsp;raconte Adrienne&nbsp;:<strong><em>&nbsp;</em></strong><strong>«&nbsp;</strong><strong><em>J’ai souhaité déjeuner avec le personnel encadrant et certains de leurs résidents. Prendre le pouls. Le rythme est plus lent, le personnel (des jeunes femmes pour la plupart) marche, parle calmement... est-ce moi qui suis speed ? Je déjeune avec Camille et une éducatrice&nbsp;; se joignent à nous Anaïs, née handicapée, et Annie, accident de la vie. Elles n'ont pas comme nous ces peaux d'oignons qui protègent du monde extérieur. Elles disent ce qu'elles ressentent, leurs filtres ne ressemblent pas aux nôtres. Leurs paroles collent avec ce qu'elles éprouvent sur l'instant. Je suis bien en leur compagnie. J'ai lu devant une dizaine de résidents et six encadrantes. La puissance des regards croisés me fait penser à ceux des nouveau-nés ou des tout-petits quand ils nous fixent. Je me demande ce qu'il y a derrière l'intensité de ces regards ? La lecture se fait au milieu de bruits, de cris parfois, étrangement je ne suis pas déstabilisée. Annie souhaite se mettre à côté de moi, parfois elle m'interrompt, ça concerne toujours le livre. Je lui réponds et reprends le fil de l'histoire. Expérience forte qui a du sens&nbsp;: partager notre humanité. Catherine, très handicapée suite à un accident, a souhaité que son éducatrice l'accompagne. Son merci, un souffle qui vient du fond d'elle-même, me bouleverse.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em></em></strong></p><p>En désintox, dans les pas de Lelio&nbsp;:<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Lecture particulière et assez émouvante dans un centre hospitalier pour personnes en cure de désintoxication. L’accueillant était très satisfait du nombre d'auditeurs compte tenu de la difficulté des résidents à sortir de leur chambre.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em></em></strong></p><p>Dans <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>un appartement situé dans une cité un peu délabrée&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em> </em></strong>où se rend Bruno&nbsp;:<strong><em>&nbsp;</em></strong>le RERS (Réseau d’Echange Réciproque de Savoirs).<strong><em> </em></strong>Son accueillante lui<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;vante toutes les vertus du RERS, et avec quelques bénévoles me montre aussi les plannings d’inscriptions et d’échanges, la fresque de l’arbre des connaissances partagées sur le mur, me raconte l’historique de l’aventure des RERS. Bref, en l’écoutant, on est vite convaincu des bénéfices d’humanisme d’une telle entreprise.&nbsp; Ma lecture d’hiver devient implicitement un partage et un échange de savoirs.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em></em></strong></p><p>Dans un restaurant social, aux côtés de Sarah&nbsp;pour rendre visite à<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;une jeune fille d’une douzaine d'années, une femme âgée, une femme et son bébé, un homme de la soixantaine, une femme, la trentaine, et son sac à dos, des sacs de supermarché remplis d'habits, sa maison semble-t-il. Une des bénévoles travaille dans les finances, elle dit "Il y a des gens ici qui travaillent, vous vous rendez compte&nbsp;? Ils ont un travail mais ils sont obligés de manger ici." Une cinquantaine de repas servis ce midi. L'ambiance est calme, on pourrait presque croire que c'est un restaurant-cafétéria normal, des dames en cuisine. Mais quand même, c'est différent, il y a un truc dans les regards, une humilité ou une colère rentrée, selon, mais c'est chargé. Le directeur m'a dit : "C’était pour cinquante, quatre-vingts repas maximum, mais au bout du compte on en aligne parfois cent-cinquante et le soir on pousse les tables pour mettre des lits de camp, on n'est pas structuré pour ça mais qu'est-ce que vous voulez, on ne peut pas laisser les gens dehors". Et des gens il y en a, plein. Des familles, des ensemble et des personnes seules qui retrouvent quelqu’un ici, ou pas, mangent seules. Il fait beau alors c'est moins violent. En apparence. Laver par terre. Écarter les tables, un espace lecture. Le soir, après le repas, rebouger tout ça, le réfectoire devient dortoir. La lecture va commencer.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em></em></strong></p><p>Ou dans un centre social aux côtés de Marion&nbsp;:<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Voici un lieu chaleureux, convivial, rassurant, où se retrouver quand on est un adulte isolé, vulnérable&nbsp;: le GEM, groupe d’entraide mutuelle, comme "j'aime". J'apprends qu'il est financé par la Région. La lecture a ému, elle a touché. Et ce soir, je suis plus rassurée, pour moi, les miens, les autres, de savoir que ces lieux-là existent et vivent, émue et heureuse de participer à la solidarité et à la convivialité de cette région qui m’a accueillie un jour.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em></em></strong></p><p>En enseignement spécialisé – comprendre&nbsp;: à destination des adolescents en difficulté ou en situation de handicap –, à nouveau avec Lelio, où<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;durant la lecture ils ne semblaient pas tous vraiment écouter, mais au moment de l'échange je me suis rendu compte qu'ils n'avaient rien perdu du texte qui les a interpellés. Je trouve ça formidable que des profs fasse cet effort d'inviter des lecteurs dans l’établissement pour leurs élèves. C'est pas les auditeurs les plus faciles mais c'est ceux que je préfère !&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em> </em></strong>Et Bénédicte d’abonder en ce sens&nbsp;:<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;C'est bon de lire à des jeunes gens, c'est bon de susciter leur curiosité, un zeste de plaisir au milieu d'une journée de cours. C'est aussi simple et beau que la neige qui tombe.&nbsp;</em></strong><strong>» </strong>Un livre, de la buée sur les vitres d’un lycée, du blanc partout dans la campagne&nbsp;: les Mille Lectures d’Hiver, c’est Noël après l’heure.</p><p>Parmi les invalides, en suivant Caroline&nbsp;:<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Je suis arrivée pour déjeuner au foyer avec les résidents. Ils sont très handicapés. Ils ont été calmes et attentifs, avec ce don qu'ont les personnes handicapées d’être dans l'instant. Ce texte étant un long poème, qui provoque de nombreuses images, était donc assez idéal pour la situation. L'après-lecture est un peu compliqué car les retours sont difficilement compréhensibles. Mais on sent bien que le texte a fait son chemin dans leurs univers et qu'il a coloré certains endroits. Cela m'a posé beaucoup de questions sur ma posture. J'ai finalement choisi de faire comme d'habitude, c'est à dire leur adresser un regard aux changements de chapitres, et sinon le reste du temps je plonge dans le texte et je laisse les gens venir à leur rythme. J'ai eu peur que davantage de regards ne les incite à s'exprimer pendant la lecture et je voulais quand même tenir le FIL. Ma concentration était aussi différente, car j'avais un monsieur adorable juste à côté de moi qui bougeait sans cesse sur une chaise grinçante... jamais donc de véritable silence. Ce n'est pas grave, c'est juste différent, et donc un peu déstabilisant. Je crois que les lectures dans des foyers de ce type sont des moments importants et nécessaires. Des mots d'adultes pour des adultes, là où c'est parfois carencé à ce niveau-là. Il y avait des flans et une salade de fruits pour le goûter. Ils ont dansé. C'était comme une fête. C'était beau.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em></em></strong></p><p>Dans des associations qui, à leur propre mesure et avec leur cahier des charges, souhaitent la même chose que les Mille Lectures, c’est ce que rapporte Leila&nbsp;:<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Aude invite à cette lecture les bénévoles qui l'aident dans sa mission pour la Ligue de l'Enseignement qui s'intitule "Lire et faire lire" ; ce sont des gens qui font eux-mêmes des lectures à voix haute pour des enfants ou des publics qui ont peu accès à la lecture.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em> </em></strong>C’est également ce que vit Benoît G.&nbsp;devant<strong><em> </em></strong><strong>«&nbsp;<em>Cette dame de 93 ans </em>[qui]<em> était si reconnaissante, si heureuse d'être là, de participer à cette conversation qui ne lui était plus accessible dans la salle à manger commune de sa nouvelle maison, que son bonheur irradiait dans la pièce.&nbsp;</em>»</strong></p><p>Et donc en détention, auprès de&nbsp;Tiphaine…&nbsp;:<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Pendant la lecture, certains ferment les yeux pour s'abstraire de ce monde bruyant. Tout au long de la lecture le son incessant, harcelant, impressionnant : les cris, les frottements, grincements, roulements métalliques et glacés. Toujours toujours le bruit. Difficile de se concentrer. Mais les auditeurs y arrivent.&nbsp;»</em></strong></p><p>… auprès de Baptiste…&nbsp;: <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>Bonjour, je suis le bibliothécaire, j’ai lu le roman que vous allez lire. C’est bien de venir ici nous faire la lecture surtout avec un roman pareil. Mais pourquoi es-tu venu avec un seul exemplaire de ce bouquin, là, il nous en faudrait quinze&nbsp;!&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em> </em></strong>Dix à vingt prisonniers de mémoire, dont un qui explique à Baptiste&nbsp;: <strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Vous ne pouvez pas vous en rendre compte, mais ce que vivent ces deux jeunes filles </em></strong><strong>[du récit que vous venez de lire]</strong><strong><em>, nous, on le vit tous les jours, ici. On est en sursis, on compte tout comme elles, le moindre sachet de thé. On a peur, on est seul, et, le seul truc qui compte : c’est la démerde.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong>&nbsp;</p><p>…auprès d’Anne…&nbsp;:<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;J'apprends plus tard que l'élève illétré qui était resté pendant toute la lecture demande depuis à son professeur une lecture chaque semaine, de "quelque chose qu'il ne comprend pas"... j'en suis très émue !&nbsp;</em></strong><strong>»</strong><strong><em></em></strong></p><p>… auprès de Nathalie<strong><em>&nbsp;</em></strong>:<strong><em> </em></strong><strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Quand on lit en prison, le texte change, il résonne différemment, des mots jusqu'ici anodins dans le texte prennent une valeur singulière, liée uniquement à cet endroit si particulier. Et puis un autre détenu qui ne se rend pas à la prière pour écouter la lecture, il dit qu'il ira prier juste après le goûter, qu'il peut prier seul, mais ne peut écouter seul. Certaines choses ont le temps, d'autres non, quand c'est passé, c'est trop tard.&nbsp;</em></strong><strong>»</strong></p><p>En maison de retraite, où débarque Julien&nbsp;: <strong>«</strong>&nbsp;<strong><em>Lorsque j'arrive, les résidents sont déjà tous là, assis, prêts, silencieux, sages. La lecture du texte introductif présentant les Mille Lectures d’Hiver est toujours pour moi l'occasion d'ajuster le volume de la lecture, c'est d'autant plus vrai aujourd'hui. Une résidente me demande de parler bien (voire très) fort. Je me demande comment je parviendrai à rester subtil en projetant autant, mais la subtilité des mots de Chantal Thomas y veillera. Pendant la lecture, comme souvent je me demande si les auditeurs s'ennuient ou s'ils sont happés. C'est encore plus vrai aujourd'hui, devant ce public âgé qui peut parfois avoir du mal à se concentrer longtemps. Une fois la lecture terminée, lorsque je les regarde à nouveau et que je sors de ma bulle de mots, j'ai devant moi une assemblée de sourires et d'yeux pétillants. Pendant une heure, ils sont partis avec moi sur la plage d'Arcachon et au soleil. En plein mois de janvier, ça fait du bien. "Continuez de faire ce que vous faites Monsieur, c'est un beau métier" me dit l'une en partant, tandis qu'une autre me livre, d'un œil malicieux "Je vous dois combien pour le voyage ?". Et que dire de cette autre résidente qui prétend qu'elle n'a rien compris, qu'elle est trop bête pour ça, mais qui ne cesse de rire et de faire rire tout le monde. Je lui dis que je vais l'embaucher comme comédienne car à mon avis elle a du potentiel, et les rires redoublent.&nbsp;C'était une belle lecture. </em></strong><strong>»</strong> Fany n’est pas loin, à une heure de route dans un autre département, face à d’autres pensionnaires : <strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Difficile de savoir ce qui est parvenu du livre mis à part la beauté de quelques images évoquées et le plaisir d'entendre quelqu'un lire. L'accueil était très simple et très doux. Ma première nuit en maison de retraite. J'y ai très bien dormi.&nbsp;</em></strong><strong>» </strong></p><p>Ce qui nous fait penser que ces gens, responsables, employés ou bénévoles, ont un jour eu l’idée, l’audace même, de téléphoner ou d’écrire pour demander à accueillir une lecture. Geste original, qui implique la prise de risque, du goût pour l’altérité, et un minimum de confiance en soi ou de soutien de la part de pairs qui croient en un projet en apparence simple, mais délicat. Et c’est là qu’on découvre cette phrase, lue chez Adrienne, phrase qui fait tout tomber&nbsp;: <strong>«</strong><strong><em>&nbsp;Luc n'osait pas inviter, il craignait que ce ne soit pas assez bien, assez grand chez lui...&nbsp;</em></strong><strong>»</strong>.<strong> </strong>Le premier des publics empêchés, c’est toi. Toi qui nourris des craintes quant à ce que tu es, ce que tu peux, ce que tu ne dois pas, et ainsi de suite. C’est politique et ça demande une implication, c’est un exercice que de recevoir. Mais de même que le comédien ne doit jamais jauger son auditoire avant sa lecture, tu ne dois pas mésestimer la bonté de ceux que tu pourrais inviter. Après tout, c’est un cadeau que tu leur offres. Ne t’empêche jamais de prendre part&nbsp;: toujours c’est beau et grand, il te suffit de lire ces carnets de route pour t’en apercevoir.</p><img src="https://ciclic.fr/sites/default/files/styles/medium/public/visuel_2.jpg?itok=HNqYblpk"/> Fri, 12 Jul 2019 16:22:19 +0200 https://ciclic.fr/actualites/4-publics-empeches-recits-de-la-12e-edition-des-mille-lectures-d-hiver actualites