Notre quelque part

Nii Ayikwei Parkes, traduit de l'anglais (Ghana) par Sika Fakambi

Éditions Zulma, février 2014, 304 pages, 21 € ici

Également disponible au format poche aux mêmes éditions, 288 pages, 9,95 € ici

C’est Yao Poku, vieux chasseur à l’ironie décapante et grand amateur de vin de palme, qui nous parle. Un jour récent, une jeune femme rien moins que discrète, de passage au village, aperçoit un magnifique oiseau à tête bleue et le poursuit jusque dans la case d’un certain Kofi Atta. Ce qu’elle y découvre entraîne l’arrivée tonitruante de la police criminelle d’Accra, et bientôt celle de Kayo Odamtten, jeune médecin légiste tout juste rentré d’Angleterre. Renouant avec ses racines, ce quelque part longtemps refoulé, Kayo se met peu à peu à l’écoute de Yao Poku et de ses légendes étrangement éclairantes…

Extrait

"Je me souviens ; la nuit d’avant, mon père avait rapporté otwe, la viande d’antilope, et ma mère était en train de cuisiner une sauce abenkwan.

Yao Poku, m’a-t-elle dit, quand tu joues avec ton parent Kofi, regarde bien ooo.

Yooo. 
Yao Poku ! (Ma mère me disait toujours les choses deux fois.) J’ai dit, regarde bien quand tu joues avec Kofi Atta. Est-ce que tu m’as entendue ?"

Ressources

Sur le livre

À lire

Les premières pages du roman

Article La multiplication des lieux romanesques contre le « point de vue de nulle part », Claire Placial, Université de Lorraine, s.d.

À voir

Interview de l'auteur, librairie Mollat, Correspondances de Manosque, 2014.

Interview de la traductrice, librairie Mollat, Correspondances de Manosque, 2014.

À écouter

France Culture, Notre quelque part, émission La Dispute, Arnaud Laporte, 2014.

Sur l'auteur

À lire

Article Le Point Culture, Valérie Marin La Meslée, 2014.

Compte Twitter de Nii Ayikwei Parkes.

Sur la traductrice

À lire

Article Mots croisés, Le Matricule des anges, 2019.

Article Actualitté, Claire Darfeuille, 2014.

Article Corp/us : traduire est un geste, Lou Dervan, 2017. 

À écouter

RFI, Comment traduire l'anglais littéraire d'Afrique ?, Yvan Amar, 2016.

Binge, Comment traduire sans trahir ?, Laélia Véron, 2021.

France Culture, série de podcasts par Sika Fakambi, 2016.

Nii Ayikwei Parkes est un poète, romancier, nouvelliste, chroniqueur et éditeur. Né de parents ghanéens, il passe son enfance à Accra, au Ghana avant de rentrer au Royaume-Uni pour faire ses études supérieures à l'Université métropolitaine de Manchester. En 2007, le grand prix national ghanéen de poésie (ACRAG) lui est décerné. "Notre quelque part" (Tail of the Blue Bird, 2009), son premier roman, est finaliste du Commonwealth Writers' Prize en 2010 et remporte le prix Mahogany et le Prix Laure Bataillon en 2014. Nii Ayikwei Parkes est également le directeur de la maison d'édition Flipped Eye Publishing, fondée en 2001.

Sika Fakambi traduit de la poésie, de la fiction et du théâtre. Elle a grandi au Bénin, entre Ouidah et Cotonou. En 2014, elle a reçu les prix Baudelaire et Laure Bataillon. En 2017, elle a créé la collection corp/us. Elle s'est intéressée notamment aux littératures anglophones produites en dehors de la Grande-Bretagne et des États-Unis : Australie, Canada, Afrique de l'Ouest...