À l'approche

Virginie Gautier & Renaud Buénerd

Éditions du chemin de fer, novembre 2017, 88 pages, 14€

À bord du RER A. Allers-retours Paris Cergy-Pointoise.
Lors de ces voyages répétés, la narratrice est traversée par les paysages vus, les fragments de discours entendus, qui se mêlent aux voix de ses lectures – celles de Victor Segalen, William Carlos Williams, Blaise Cendrars, Virginia Woolf et tant d’autres. Après Les zones ignorées et Les yeux fermés les yeux ouverts, Virginie Gautier poursuit sa réflexion engagée autour de l’articulation corps/paysage et des questions de mouvement, de circulation, d’errance. Cette fois, c’est sa propre expérience à bord du RER qu’elle appréhende dans une forme où chaque phrase est dimensionnée dans un souffle, et tente de rassembler en un flux unique les éléments épars de ses voyages.
Renaud Buénerd a refait le voyage de Paris à Cergy, il sature les photographies qu’il en a rapportées d’images prolifèrant à leur surface. On peut y lire les reflets des pensées, les rêveries des voyageurs, ou bien la contamination visuelle de notre univers submergé de signes dont le sens se dissout.

Extrait

Dedans les regards sont baissés
vers des écrans qui donnent
le temps qu’il fait, l’état du trafic
les nouvelles du monde à distance
je tente encore de lire sur les lèvres du paysage
quelque chose qui m’échappe à cause de la vitesse
de fuite.

Ressources

Sur le livre

À lire

Les trente premières pages de À l'approche

Une expérience / des mots / des images , billet de l'autrice sur son blog personnel : Carnet des départs, 18 septembre 2017

Sur l'autrice

À consulter

Site internet de Virginie Gautier

À lire

Quelques articles de l'autrice :

Une experience / Des mots / Des images, Billet sur le blog de Virginie Gautier, 18 septembre 2017

« Temporalités de la création », entrée critique du groupe de recherche ECF : Écritures Créatives en Formation, site EPISTE., 2020

« Du blog au livre : les changements de support et leurs effets dans les processus d’écriture et  l’élaboration du récit. Une réflexion à partir du travail d’Olivier Hodasava », Les Cahiers d’Agora n°1, 2018

« Écrire dans l’intermédialité. Le processus d’écriture texte/image dans le texte poétique Marcher dans Londres en suivant le plan du Caire », V. Gautier, Les Cahiers d’Agora n°1, 2018

Le résumé de thèse de Virginie Gautier : "Poïétique du déplacement. De l'espace traversé à la traversée de l'écriture."

Pour aller plus loin

À lire 

Ce qui nous sépare, Anne Collongues, Actes sud, 2016

Écrivaine, plasticienne et enseignante-chercheuse, Virginie Gautier s’attache aux lieux pour parler des corps, cherche des approches, se nourrit du paysage, trace et emmêle des lignes. Elle étudie en école d’art puis développe une pratique artistique autour des questions d’espace, de perception et de déplacement qu’elle poursuit aujourd’hui en écrivant. Après avoir enseigné les arts visuels, elle est engagée dans la recherche-création en littérature.
Doctoreure en « Pratique et théorie de la création littéraire », elle est chargée de cours et d’ateliers dans divers lieux d’enseignement et de formation. Elle a publié aux éditions du Chemin de Fer Les zones ignorées (vu par Gilles Balmet) en 2010, Les yeux fermés, les yeux ouverts (avec des photographies de Francesca Woodman) en 2014 et À l’approche (vu par Renaud Buénerd).Et codirige par ailleurs la collection L’esquif/poésie chez l’éditeur Publie.net.

Bibliographie
2019 « Paysage augmenté #1 », avec Mathilde Roux, éd. Publie.net.
2017 « À l’approche », éd. Chemin de Fer.
2015 « Ni enfant, ni rossignol », éd. Joca Seria.
2014 « Marcher dans Londres en suivant le plan du Caire », éd. Publie.net.
2014 « Les yeux fermés, les yeux ouverts », éd. Chemin de Fer.
2010 « Les Zones Ignorées », éd. Chemin de Fer.