"Un ciel chafouin", un regard sur le monde

A chaque court-métrage, Jean-Luc Gréco et Catherine Buffat dévoilent l'originalité du regard qu'ils portent sur le monde. Un ciel chafouin, accueilli en résidence d'animation à Château-Renault en 2012, ne déroge pas à la règle.

L'histoire est simple : ce week-end, c'est le pont, Mireille et Eddy peuvent fermer la boulangerie et mettre le cap sur la côte. Ils ont un seul objectif : manger un sandwich face à la mer. Un projet bien modeste, mais leur parcours sera semé d'embûches...
A travers les diverses péripéties que rencontrent nos deux héros dépassés par les événements, les réalisateurs nous livrent un regard critique et malicieux sur la société.

Un ciel chafouin, c'est aussi une oeuvre graphique, au trait tout de suite reconnaissable. Dominé par le noir et blanc, ce film en papiers découpés utilise parfois la couleur pour accentuer certains éléments, notamment ceux qui perturbent les personnages : les objets qui encombrent la voiture, les odeurs de poulet qui incommodent les voisins... Jeu de couleurs, donc, mais aussi jeu de sons (grincements, frottements, et autres grondements de tonnerre). Tous ces éléments combinés donnent naissance à une oeuvre très personnelle, un film à l'atmosphère à la fois familière et étrange, dont seuls Jean-Luc Gréco et Catherine Buffat ont le secret !