"Les Indes galantes" de Clément Cogitore

A l'invitation de la "3e Scène" (le projet numérique de l'Opéra de Paris), le réalisateur Clément Cogitore revisite Les Indes galantes de Jean-Philippe Rameau. 

Primé au festival du court métrage de Clermont-Ferrand 2018, et nommé aux César 2019, le court métrage Les Indes Galantes fait dialoguer deux époques : d'un côté le krump, danse née dans les ghettos noirs de Los Angeles après les émeutes de 1995, de l'autre le célèbre opéra-ballet créé en 1735 par Rameau. Sur le plateau nu de l'opéra Bastille, les danseurs de Krump confèrent à la musique baroque une intensité nouvelle, à travers les chorégraphies de Bintou Dembele, Igor Caruge et Brahim Rachiki. La caméra s'approche des corps qui se répondent dans une joute spectaculaire, ou s'éloigne pour filmer la foule qui acclame et soutient les performances  puissantes et sensuelles des danseurs. Une proposition d'une fulgurante beauté, qui a poussé l'Opéra Bastille à confier à Clément Cogitore la mise en scène du spectacle Les Indes Galantes monté en 2019..

Clément Cogitore est un artiste protéiforme, dont les créations s'apprécient aussi bien sur scène que dans les salles obscures ou dans les galeries d'art. Il a été soutenu par Ciclic en 2012 pour son premier long métrage Ni le ciel, ni la terre (sélectionné à la Semaine de la critique au Festival de Cannes 2015 et nommé aux César dans la catégorie Meilleur premier film en 2016). Il a ensuite réalisé le fascinant documentaire Braguino. Il est soutenu à l'écriture par Ciclic pour son prochain projet de long métrage, intitulé La Goutte d'or.