Félix Dufour-Laperrière, au long cours

Le cinéaste québécois Félix Dufour-Laperrière exprime son talent et sa sensibilité dans les films d'animation courts et longs. Coup de projecteur, entre réalisations passées et projets à venir.

Soutenu à la création par Ciclic Centre-Val de Loire une première fois en 2006 avec son court métrage Variations su Marilou, ode à la chanson éponyme de Serge Gainsbourg, Félix Dufour-Laperrière a depuis réalisé plusieurs courts métrages -entre animations, fictions et essais documentaires- et un premier long métrage présenté à la Mostra de Venise, au Festival du film de Hambourg ou encore au Festival d'Annecy.

Ville Neuve est "un film de poésie et d'images fortes où résonnent de concert les destins intimes et collectifs" (dixit le cinéaste) ; une animation atypique en noir et blanc. Le film a nécessité la création de plus de 80 000 dessins et peintures, fruit du travail d'une trentaine d'illustrateurs et d'artistes québécois. 

Le résumé : Montréal, 1995. Après avoir été molesté, Joseph part se reposer à Ville Neuve, en Gaspésie, chez un ami qui lui a prêté sa maison. Un peu plus tard, il parvient à convaincre Emma, son ex-femme, de le rejoindre. Tandis que la campagne référendaire sur l'indépendance du Québec bat son plein, le couple, isolé dans ce lieu libre et hors du temps, tente de comprendre ce qui a pu arriver dans leur couple...

Félix Dufour-Laperrière a également un projet de documentaire en cours, Archipel, pour lequel il a obtenu une aide au développement de long métrage d'animation en 2018 de Ciclic-Région Centre-Val de Loire.

En attendant de (re)découvrir Ville Neuve et de voir éclore Archipel, nous pouvons patienter avec Le Jour nous écoute. Réalisé en 2013, ce court métrage d'animation est l'adaptation d'un texte de l'écrivaine Hélène Dorion, et évoque le sentiment que nous laisse un amour interrompu, des années plus tard...