Au fond de moi je suis sûre...

Le mystère de la foi et de l'engagement religieux divisent une jeune fille et sa mère dans Aujourd'hui d'Anne-Sophie Rouvillois, un court métrage qui questionne l'engagement et les exigences qu'il implique parfois.

Une chambre spartiate, des couloirs austères, des chants de messe et quelques prières dans une église défraîchie, quelques religieuses aussi et beaucoup de silence. Dans toute la première partie du film, la réalisatrice plante son décor dans un couvent et invite le spectateur à partager quelques instants de vie du quotidien des religieuses qui y habitent.

Au milieu de cette ambiance très austère et du silence qui y règne, Mathilde, une jeune fille, qu'on devine fraîchement arrivée puisqu'elle ne porte pas encore l'habit monastique, partage la vie des soeurs de cette communauté. Au détour d'une nouvelle séquence de messe, Mathilde sourit à une femme qui assiste à la célébration. Cette femme, c'est la mère de Mathilde qui est venue lui rendre visite.

Après un repas pris en commun avec l'ensemble de la communauté monastique, Mathilde et sa maman s'installent dans une pièce à l'écart pour parler. Pas facile de mettre des mots sur une situation dont on apprend qu'elle est toute nouvelle. La discussion a du mal à s'engager, une certaine gêne semble règner jusqu'à ce que Mathilde affirme avec conviction qu'elle "habite ici avec les soeurs". C'est alors que débute une conversation, tout en retenue et avec beaucoup de pudeur, mais qui va finalement permettre d'aborder les vraies questions que se pose la mère par rapport au choix de sa fille qui a décidé de rentrer dans les ordres et de vivre dans un couvent...

La réalisatrice fait le choix, avec beaucoup de justesse, de ne pas revenir sur le "pourquoi" de cette décision, mais on sent que cette mère a envie et besoin de mettre des mots pour essayer de comprendre et d'accepter. A travers ces échanges transparaît l'inquiétude d'une mère qui se demande si cette décision a été prise "sur un coup de tête". Une mère qui "avait imaginé d'autres choses" pour sa fille....

Si la thématique de la foi et de l'engagement religieux sont au coeur de ce court métrage, la réalisatrice y glisse une problématique finalement plus universelle, qui dépasse le simple cadre du religieux : comment accepter des choix de vie qui ne sont pas les nôtres ? Comment accepter que l'autre s'épanouisse dans un mode de vie qui ne nous correspond pas ? Chacun et chacune, comme la mère de Mathilde, se retrouve pris au piège de ses schémas et références... Mais Mathilde, elle, est sûre de son choix : "ce qui compte c'est que je sois heureuse".