Publié le 30/03/2016

Une histoire (en images) de la télévision à Châteauroux

du mercredi 30 mars au dimanche 3 avril 2016 - Cinéma Apollo - Châteauroux

Une histoire (en images) de la télévision à Châteauroux

En avant-programme des séances

Une série de 9 épisodes d’environ 10 minutes puisant dans les archives de Canal Saint-Jean, Canal Beaulieu et TLC (1990-2007), réalisée et montée par les journalistes Philippe Riou et Vincent Billy, en collaboration avec le pôle patrimoine de Ciclic

Le vendredi 19 octobre 1990 à 19 h, une émission de télévision en direct, d’une durée de trois heures, est diffusée à partir du quartier Saint-Jean. L’objectif : montrer d’autres réalités de ce quartier victime d’une perception plutôt négative. C’est le début d’une aventure qui s’est prolongée avec Canal Beaulieu, jusqu’en 1998, puis sur l’ensemble de la ville de Châteauroux jusqu’en décembre 2007 avec TLC. Depuis les débuts du festival « Multirythmes », en passant par les fêtes du quartier Beaulieu, les galeries de portraits de castelroussins, la démolition des tours Saint-Jean ou le 30e anniversaire du festival DARC, ce sont autant de moments de joie, de rencontres et d’émotions, dessinant en pointillé une histoire des quartiers de Châteauroux.

Des images, souvent inédites, de l’aventure des télévisions locales qui avaient pour objectif d’être un outil de citoyenneté et un vecteur de lien social.

À la fin des années 1980 fleurissent des initiatives dans le domaine de la communication télévisuelle de proximité en dehors de tout groupe politique ou économique : les vidéos des pays et des quartiers. Le plus souvent associatives, elles sont avant tout indépendantes, ne sont ni confessionnelles ni politiques. Elles souhaitent mettre la télévision et la vidéo au service de la démocratie, de la liberté et de l'égalité des droits et se préoccupent surtout de choses de la cité. C’est dans cet esprit, comme partout ailleurs en France, que se développent à Châteauroux Canal Saint-Jean, Canal Beaulieu et TLC. Si ces trois télévisons castelroussines, pilotées par des associations1, ont suivi l’évolution des moyens techniques propre au développement de la vidéo en France (le HI8 et la S-VHS (Super VHS) à Canal Saint-Jean et à Beaulieu, la Digital Video (DV) à TLC), elles furent soutenues financièrement par le Développement Social de Quartier et le Contrat de Ville de Châteauroux mais aussi par plusieurs autres villes de l’agglomération (Déols, Saint-Maur, Le Poinçonnet, Ardentes), pour mener à bien la mission qu’elles s’étaient fixées : faire de la télévision un outil de proximité de démocratie et de citoyenneté. 1. Canal Saint-Jean, géré par les trois associations Bande à part (cinéma indépendant), l’Espace Rencontres et Loisirs de la MJC de Saint-Jean et Objectif (association d’aide au développement de l’audiovisuel); Canal Beaulieu, géré par l’association Objectif ; TLC, gérée par l’association du même nom.

À chaque séance, un nouvel épisode… Le mercredi 30 mars à 18 h 30 et à 20 h 45 ; le jeudi 31 mars à 20 h 45 ; le vendredi 1er avril à 14 h et à 20 h 45 ; le samedi 2 avril à 17 h 30 et à 20 h 45 ; le dimanche 3 avril à 14 h 30 et à 17 h 30.

Foudroyage des tours 15 et 18 quartier St-Jean à Châteauroux (2002)

Les invités

Philippe Riou et Vincent Billy présentent le mercredi 30 mars à 18h30, la série des avant-programmes consacrés à l'histoire de la télévision castelroussine.

Philippe Riou

Né en 1956, Philippe Riou est depuis 2006 journaliste à Bip-TV, la télévision locale basée à Issoudun. Après avoir exercé pendant 18 ans le métier de psychomotricien en pédopsychiatrie, il devient coréalisateur des émissions de Canal Saint-Jean, de Canal Beaulieu, avant de créer et de diriger la Télévision Locale de Châteauroux (TLC).

Vincent Billy

Né en en 1976, Vincent Billy est depuis 2008 journaliste et présentateur à Bip-TV. Après avoir travaillé plusieurs années comme journaliste pour Radio Accords et comme correspondant pour Radio France à Poitiers, il intègre en 1999 l’équipe de la Télévision Locale de Châteauroux en tant que journaliste reporter d’images (JRI) puis  responsable de 2004 à 2007.