Publié le 10/06/2020

Lycéens et apprentis au cinéma : les films de la 26e édition

Pour sa 26e édition en région Centre-Val de Loire, Lycéens et apprentis au cinéma présentera aux élèves des cinéastes aux horizons et époques bien distincts, tels que Nicholas Ray, Djibril Diop Mambety et Hubert Charuel. Ces découvertes aux genres cinématographiques différents, seront également accompagnées du programme de courts métrages Avatars, qui mettra en avant le travail de jeunes réalisateurs francophones et étrangers autour des jeux vidéo. Cette programmation éclectique sera placée sous le signe de la confrontation au monde, à ses évolutions culturelles, sociales, et technologiques. Les élèves seront sensibilisés à travers cette nouvelle édition à l'analyse critique et artistique des images qui nous entourent. 

Les inscriptions au dispositif se dérouleront de fin août au 25 septembre.

1er trimestre : JOHNNY GUITARE

JOHNNY GUITARE de Nicholas Ray
1954 - Etats-Unis - Fiction - 1h50
Avec Sterling Hayden, Joan Crawford, Mercedes McCambridge...

Embauché en tant que musicien au sein du saloon de Vienna, Johnny Guitare arrive en pleine guerre des clans. En effet, Vienna doit faire face à la jalousie de sa rivale, Emma Small, qui profite de la mort de son frère pour l'accuser et monter les habitants contre elle.

Le scénario original donnait à la base plus d'importance aux hommes mais la tension entre les deux actrices a finalement servi au remaniement de l'histoire, participant ainsi au succès de ce film novateur. Un western pionnier, tant dans sa façon de dénoncer le lynchage et la persécution en plein maccarthysme, que dans sa mise en avant des femmes au cœur du récit, dans un genre traditionnellement très masculin. Et puis, très certainement, l'une des plus belles utilisations du Technicolor.

En savoir plus

2e trimestre : programme de  courts métrages « AVATARS »  

Comptant parmi les industries culturelles les plus importantes de notre époque, le jeu vidéo tisse des liens depuis ses origines avec un autre art du mouvement : le cinéma. Le programme Avatars met ainsi en avant des films qui questionnent notre rapport aux jeux vidéo, et nos émotions de spectateurs et de joueurs face à ces œuvres. Pourquoi nous réfugions-nous dans ces univers virtuels, parfois violents (GTA V), parfois sentimentaux (Sims) ? Quelle place les écrans et ces images numériques prennent ils dans notre quotidien ? A travers des formes variées et souvent spectaculaires, ces cinq courts métrages tentent de répondre à ces questions.

MARTIN PLEURE de Jonathan Vinel – France – 2017 – 16 minutes
NEIGHBORHOOD de Kaori Kinoshita, Alain Della Negra – France – 2005 – 17 minutes
STORY de Jola Bańkowska – Pologne – 2019 – 5 minutes
LE VISAGE de Salvatore Lista – France – 2017 – 30 minutes
SWATTED de Ismaël Joffroy Chandoutis – France – 2018 – 21 minutes

En savoir plus

 3e  trimestre : HYENES ou  PETIT PAYSAN  (au choix)

HYENES de Djibril Diop Mambety
1992 - Senegal - Fiction - 1h50 
Avec Ami Diakhate, Mansour Diouf, Makhouredia Gueye...

Le village de Colobane, aussi chaleureux que pauvre, voit revenir trente ans après son départ, Linguère Ramatou, plus riche que jamais. Sa richesse n'aura d'égal que son désir de vengeance. Des milliards contre la mort de son ancien amant ! Les citoyens se divisent, animés par la soif d'argent, et laissent finalement disparaître en totalité le peu de loyauté qu'ils avaient encore pour le pauvre malheureux...

Djibril Diop Mambety, réalisateur autodidacte, aborde très poétiquement avec Hyènes les rapports humains et la lutte des petits contre les puissants. A travers l'histoire de cette femme blessée, le réalisateur, qui signe ici son deuxième et dernier long-métrage, dénonce le pouvoir de la corruption, les vices du capitalisme occidental et plus simplement la lâcheté des Hommes, dans une mise en scène sobre, aux cadrages particulièrement soignés.

En savoir plus


 OU

PETIT PAYSAN de Hubert Charuel
2017 - France - Fiction - 1h30
Avec Swann Arlaud, Sara Giraudeau, Bouli Lanners

Petit exploitant agricole, Pierre est soucieux du bien-être de son élevage de vaches laitières. En pleine épidémie, il découvre qu'une de ses bêtes est infectée. Malgré les recommandations de sa sœur vétérinaire, il ne peut se résoudre à tout perdre.

Premier long métrage réussi pour Hubert Charuel qui, sortant de La Fémis et Césarisé, parvient avec Petit Paysan à montrer les difficultés et les souffrances d'un monde encore trop peu porté à l'écran en 2017. La solitude et les conditions extrêmes du statut d'éleveur nous apparaissent ici sous les traits d'un Swann Arlaud subtil, initié pour l'occasion à la réalité des gestes et du terrain au sein même de la famille Charuel. Le réalisateur parle ici d'un sujet qu'il connaît intimement, intégrant au tournage plusieurs de ses proches.

En savoir plus