Publié le 13/10/2014

Littérature et cinéma à l’école, une expérience artistique avec Martin Page

Dans le cadre des dispositifs “École et cinéma” et “L’ami littéraire”, Martin Page, écrivain, a animé auprès des élèves d’une classe de CM2 de l’école Gérard Philipe à Fondettes (37) une série d’ateliers d'écriture.

Lors de leur première rencontre avec Martin Page, le 16 janvier dernier, les élèves de l’école Gérard-Philippe ont pu échanger avec l’auteur sur son travail de création littéraire, son métier d’écrivain et ses livres, notamment Conversation avec un gâteau en chocolat, Le garçon de toutes les couleurs, Je suis un tremblement de terre et Le zoo des légumes, qu’ils avaient préalablement lus. La semaine suivante, ils se sont retrouvés à Tours au cinéma Les studios pour regarder ensemble l’un des films préférés de Martin Page, Chantons sous la pluie.

L’auteur s’est ensuite rendu en classe au cours des mois de janvier et février pour animer une série d’ateliers d’écriture autour du film. Les enfants ont ainsi pu inventer, sous son regard, la suite de l’histoire des deux personnages principaux du film : Lina et Kathy.

Cet atelier était organisé par l’école Gérard-Philipe de Fondettes, la coordination École et cinéma en Indre-et-Loire (DSDEN 37 et cinéma Les Studios), la Maison des Écrivains et de la littérature, les Enfants de cinéma et Ciclic.

Né en 1975, Martin Page passe sa jeunesse en banlieue sud de Paris. Étudiant dilettante, il ne fait que des premières années : il étudie le droit, la sociologie, la linguistique, la psychologie, la philosophie, l’histoire de l’art et l’anthropologie. Son premier roman, Comment je suis devenu stupide, est publié en 2001. Suivront, au Dilettante, La Libellule de ses huit ans et On s’habitue aux fins du monde. Aux éditions Ramsay : De la pluie. Aux éditions de l’Olivier : Peut-être une histoire d’amour, La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique et La Mauvaise habitude d’être soi (avec Quentin Faucompré). Il écrit également pour la jeunesse (Conversation avec un gâteau au chocolat - avec Aude Picault, Je suis un tremblement de terre, La bataille contre mon lit - avec Sandrine Bonini…). Avec Thomas B. Reverdy, il a édité Collection irraisonnée de préfaces à des livres fétiches aux éditions Intervalles. Enfin, il a publié une bande dessinée avec Clément C. Fabre aux dessins : Le banc de touche (éditions Warum/Vraoum).

Régulièrement il fait des petits films en stop-motion que l’on peut voir sur sa page vimeo.

En février 2011, il créé un blog sous le nom de Pit Agarmen (anagramme de Martin Page). Il y exprime angoisses et pensées personnelles. En 2012, un premier roman sous cette identité sort : La nuit a dévoré le monde, aux éditions Robert Laffont (sélection Prix de Flore). Pit Agarmen est un pseudonyme ouvert, à la manière de John Banville/Benjamin Black, de Julian Barnes/Dan Kavannagh, Jean Giraud/Moebius… L’idée est aussi de reprendre l’exemple de Damon Albarn qui, suivant les projets, change de nom de groupe. Sous le nom de Pit Agarmen sortiront des romans de genre, plus directement violents que les romans habituels de Martin Page. (source : site internet de Martin Page)