Publié le 06/11/2015

D'âmes et de pierres sur France 3 Centre Val de Loire

Samedi 7 novembre, 15h20, France 3 Centre Val de Loire

Le documentaire de Pascal Guilly "D'âmes et de pierre", Ernest Nivet, sculpteur 1871 - 1948 est diffusé sur France 3 Centre Val de Loire samedi 7 novembre à 15h20. 

"D'âmes et de pierre", Ernest Nivet, sculpteur 1871 - 1948
Un film de Pascal Guilly
2015 / France / Documentaire / 52 min
Une coproduction France télévisions - TGA production, avec le soutien de Ciclic - Région Centre-Val de Loire. 

Résumé : 
Un Berrichon dans l'âme...
"D'âme et de pierre" retrace l'itinéraire du sculpteur Ernest Nivet (1871/1948). Fils de paysans, il part chez Rodin, où il va travailler, entre autres, sur "Les bourgeois de Calais" ou le "Balzac". Il rentre dans son Berry natal en 1895. Là il crée jusqu'en 1914, toute une galerie de personnages liés à la paysannerie qui à partir de 1920, deviennent des soldats traumatisés ou de pauvres paysannes endeuillées. Isolé à Châteauroux, il est négligé par la critique qui ne voit en lui qu'un sculpteur "folklorique". (A l'exception de Séverine et Albert Londres ! ) Pourtant cette œuvre représente bien plus que ce constat superficiel ; elle raconte la société paysanne de la première moitié du XXème siècle, sa dureté, sa tranquillité, sa sérénité puis le traumatisme de la première guerre mondiale après laquelle rien ne sera plus comme avant... La narratrice nous entraine à la découverte de cette histoire. Elle sera détaillée, décryptée et scrutée jusqu'au plus près de la pierre... et peut être même de son âme ; un film sur une époque pas si lointaine mais déjà presque oubliée...


 

Note d'intention :

"Entre l'exploration de l'œuvre de Nivet et la découverte des commentaires de ses contemporains, Séverine ou Albert Londres, le film , dans son enquête, explore l'itinéraire du sculpteur. Nous suivons son sillage de Levroux, sa commune natale, à sa maison de Châteauroux. Au musée Rodin à Paris nous découvrons son apprentissage auprès du grand sculpteur et l'univers artistique dans lequel il évolua pendant près de cinq ans. Nous partons à la rencontre de ses œuvres et de personnages passionnés par sa sculpture. Les archives révèlent une multitude de lettres et articles de journaux, son caractère apparaît mais aussi ses doutes, et malgré tout, une notoriété grandissante de l'artiste jusqu'en 1948, année de sa mort. Chez Nivet chaque détail compte. On peut analyser sa sculpture suivant l'anatomie, en particulier les mains et les pieds mais également la posture et les têtes de ses personnages. Ces quatre composantes révèlent tout son art et sa connaissance du monde paysan : toute sa particularité. Enfin j'aimerais, à travers ce film et cet artiste, faire découvrir en creux, le monde paysan du début du XXème siècle ; un pan de notre société, oublié aujourd'hui et qui ne se relèvera jamais vraiment du premier conflit mondial. Le film replace dans la lumière un artiste, dont certaines de ses œuvres majeures, attendent sagement dans l'obscurité des réserves du musée de Châteauroux. Et si l'histoire n'est pas un éternel recommencement (suivant les opinions), elle nous laisse quelques leçons à méditer. Le retour aujourd'hui vers la nature est peut-être, également, un souvenir enfoui des temps reculés où l'on savait vivre avec les saisons : un film aux résonances actuelles en somme." Pascal Guilly, réalisateur. 

Attention, nous vous invitons à veiller aux rediffusions.